👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Film emblématique d'une génération, The Blues Brothers n'a pas réussi à me convaincre. En tous cas pas totalement.
Certes je n'ai pas passé un mauvais moment, j'ai même ri franchement à certains moments (la scène finale lors de la remise d'argent dans les mains de sieur Spielberg en personne, avec les milliers d'hommes et leur hophop hilarants). Mais le reste du visionnage n'a été qu'alternance entre simples sourires (voire, au grand maximum, quelques rires rapidement étouffés...) et face palm.
Car The Blues Brothers fonctionnent à la surenchère. Donc soit on accroche, soit... on décroche, comme ce fut mon cas.
Tout est une surenchère dans le nombre (de figurants, de voitures de police) et dans la destruction répétitive et constante (bon dieu arrêtez de toujours tout péter !). Seule la caméra, par des angles équivoques et originaux, exprime la possibilité d'un humour absurde qui, lui, permettrait de rire un peu. Car le reste n'est que grossier, bouffon et grand-guignolesque, que ce soit le personnage de Carrie Fisher et ses tentatives d'assassinats toutes plus folles les unes que les autres, ou encore les nazis, personnages inutiles, qui, dans une scène si inattendue qu'elle laisse sans voix, participent à une course poursuite ubuesque aux limites de la stratosphère...
Le film, parce qu'il mise dans sa quasi totalité sur son humour, en pâtit.
Comme l'humour est horriblement lourdingue et répétitif, le film l'est tout en autant.
Long, bien trop long, il sert un humour qui l'est tout autant ; l'humour est long. Je m'explique par un exemple : une course poursuite absurde, dont on a bien compris l'enjeu ridiculement démesuré est ici poussée à son paroxysme. Au lien de durer deux-trois minutes comme dans n'importe quel film, elle dure ici 15 minutes. C'est long et chiant.
Et si Belushi est bon, il ne sauve pas son personnage. Les frères Blues ne sont en fait pas si intéressants que ça ; jamais drôles, toujours mous et ennuyeux, à l'image de Dan Aykroyd.
Après, dire que j'ai passé un mauvais moment serait mentir.
Car l'intérêt du film, s'il n'est pas dans son humour, est bien dans sa musique, vivante, qui, contrairement à beaucoup trop de films dits musicaux, a ici une vraie place et est entendue du début à la fin, même si, admettons-le, ce n'est jamais du blues (à part peut être ce magique moment avec John Lee Hooker, bien trop furtif).
Restent aussi ses guests d'enfer, hilarants dans leur genre, qui communiquent une vraie énergie, une vraie dynamique et joie communicative.

Bilan : un film dont on sort lassé, malgré avoir bien tapé du pied et rit quelques fois.

Charles_Dubois
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs binômes du cinéma et Les meilleurs films de 1980

il y a 6 ans

15 j'aime

Les Blues Brothers
socrate
8

Du tonnerre de Dieu !

Voilà un film qui met de bonne humeur ! Le scenario n'a rien d'extraordinaire, mais l'histoire est sympa et le film est agrémenté d'ironie, de scènes de bagnoles d'enfer, de plein de petites...

Lire la critique

il y a 10 ans

62 j'aime

2

Les Blues Brothers
Docteur_Jivago
10

En Mission pour le Seigneur

Tout commence lorsque deux potes passionnés de rythm'n blues, John Belushi et Dan Aykroyd, créent les personnages de Jake et Elwood Blues pour l'émission Saturday Night Live. Peu à peu ils ont du...

Lire la critique

il y a 7 ans

60 j'aime

9

Les Blues Brothers
Ugly
10

Un live aid pour l'orphelinat

Est-il nécessaire de présenter encore les men in black les plus célèbres du cinéma ? Même les nouvelles générations connaissent les frères Jake et Elwood Blues ; ils sont en mission pour le Seigneur...

Lire la critique

il y a 5 ans

36 j'aime

22

Les Blues Brothers
Charles_Dubois
5

Critique de Les Blues Brothers par Charles Dubois

Film emblématique d'une génération, The Blues Brothers n'a pas réussi à me convaincre. En tous cas pas totalement. Certes je n'ai pas passé un mauvais moment, j'ai même ri franchement à certains...

Lire la critique

il y a 6 ans

15 j'aime

Her
Charles_Dubois
10
Her

30 Putain de minutes

30 minutes. 30 putain de minutes. Je crois n'avoir jamais sorti aussi longtemps mon chien. C'est le temps qu'il m'a fallu pour arrêter de pleurer. Pas de tristesse. Pas de joie non plus. De...

Lire la critique

il y a 8 ans

14 j'aime