👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

« Ta main sur mon cul, ma main sur ta gueule. » Si seulement

Je n’avais pas envie de voir « Les chatouilles ».
Le titre me plaisait, le synopsis un peu moins. Qui a envie de légèreté se détourne de ce genre de sujets... La pédocriminalité, donc.
Et puis je me suis dit « Pourquoi pas », c’est le Festival de Cannes et sûrement la seule occasion de voir ce film (que je ne serais jamais allée voir seule)...

Ça commençait sur une mauvaise note (en apparence), par le jeu d’actrice d’Odette enfant (excellente danseuse au demeurant), qui semblait réciter son texte et pas parler avec ses émotions. Ce qui me contrariait au début m’a finalement soulagée : au moins, elle n’a pas vécu le traumatisme de « la vraie Odette » (Andréa Bescond).

Le film a été une traversée d’émotions, avec principalement de la colère, une immense colère (merci Karin Viard), mais aussi de la tristesse et du dégoût (déso Pierre Deladonchamps), et heureusement un peu de tendresse (merci Clovis Cornillac) et aussi des éclats de rire (merci Gringe).

Je suis encore passée à la machine de ce film, pas encore complètement essorée. Mais propre. Pour la première fois de ma vie devant un film j’ai « ouvert les vannes ». Je n’étais pas la seule d’ailleurs. J’ai voulu m’écrouler, tout lâcher. Et puis finalement ce que j’ai lâché ce sont les émotions, enfin.

La séance était accompagnée de la présence d’Andréa Bescond et Éric Metayer (co-réalisateur), et ce dernier a dit une chose assez capitale à propos de la direction de l’actrice qui joue Odette enfant : tout (la pédophilie) lui a été expliqué (notamment via ses formidables parents, semble-t-il), parce que le petit choc qui survient quand on apprend que cela existe n’est rien face au choc qui survient lorsque cela arrive et qu’on n’est pas informé.e (et qu’on ne sait pas, par exemple, que ce n’est pas de notre faute).

Ce film est une sorte de thérapie pour les gens qui comme Andréa, comme moi, ont été victimes d’un pédophile. Une thérapie pour nos enfants intérieurs qui ont été enfermés tout ce temps.
Ce n’est pas un chef d’œuvre, ça n’en a de toute façon pas la vocation. Mais il faut le voir, car ça peut arriver À TOUT LE MONDE. Qu’on soit beau, moche, pauvre, riche, intelligent, stupide... On est un enfant.

Dans une brève interview accordée à Society, Liv Ullman disait : “The difficult thing is not ‘What is best?’ but instead ‘What do you feel when you leave that movie?’
I think that’s why movies are important: They wake up dreams that you can’t always verbalize but that are very real, about who we are and why we are human beings.”

Cette citation résume pourquoi j’attribue la note maximale à ce film.

CelieBacconnier
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 4 ans

50 j'aime

4 commentaires

Les Chatouilles
mymp
2

Au fond

T’es embêté. Embêté parce que c’est difficile de descendre un film qui se trimballe un sujet pareil, dur, poignant, carrément inattaquable. Pédophilie et abus sexuels, vas-y le combo, bonjour...

Lire la critique

il y a 3 ans

54 j'aime

6

Les Chatouilles
CelieBacconnier
10

« Ta main sur mon cul, ma main sur ta gueule. » Si seulement

Je n’avais pas envie de voir « Les chatouilles ». Le titre me plaisait, le synopsis un peu moins. Qui a envie de légèreté se détourne de ce genre de sujets... La pédocriminalité, donc. Et...

Lire la critique

il y a 4 ans

50 j'aime

4

Les Chatouilles
xlr8
9

Mon coeur saigne...

Dès la première scène (après l'introduction dansée), ce film me donne la rage... Cyrille Mairesse, qui joue le rôle d'Odette enfant, est solaire d'innocence. Pierre Deladonchamps, lui, est plus que...

Lire la critique

il y a 3 ans

25 j'aime

1