Définitivement un certain acteur aime attirer l'attention, le vice et le dégoût

Avis sur Les Chatouilles

Avatar Zogarok
Critique publiée par le

Andréa Bescond est une danseuse et actrice pour le théâtre qui s'est faite auteure afin d'exposer une expérience traumatique infantile. Son film présente les faits (les cruciaux et ceux d'une vie) le plus directement possible, pour en témoigner et surtout pour les insérer dans une espèce de programme thérapeutique, renvoyant à un travail accompli, toujours vivace. Les Chatouilles est donc une histoire bête et crue doublée d'une rémission : l'actrice-réalisatrice y reprend le chemin de l'acceptation et de l'affirmation d'une réalité pédophile vécue par une ancienne petite fille – réhabilitée et soignée sinon en voie de [perpétuelle] guérison. La mise en scène est explosive, laisse place à l'humour sans se fourvoyer dans la négation (car il y a des erreurs et des 'fatalités' drôles surtout après-coup). Cette version cinéma importe et sublime des croisements spatio-temporels issus du théâtre, laisse seulement entrevoir le monde intérieur et les zones d'évasion de la petite fille (comme les rêveries à l'opéra – une défense obsolète pour la grande fille qui se la remémore avec jubilation et tendresse).

Elle représente les moments charnières et surtout leurs effets – déstructurants : elle devient une alcoolique et droguée, est vulgaire, outrancière, 'borderline', ses effusions n’aboutissent à rien de solide, parfois elle laisse passer ou procrastine devant les meilleures opportunités. Elle embrasse les libertés primaires qui n'en sont pas, comme le font de nombreux perdus et les victimes de brimades ou pressions excessives. Qu'il soit égocentrique ou plus largement renseigné le film semble bénéfique, car il montre des aspects 'concrets', décelables du pédophile en action, comme ces petits cadeaux de Gilbert, les actes de la gamine lorsqu'elle le quitte. On constate ou se rappelle que les agresseurs d'enfants (les réguliers en tout cas, la majorité probable) se rendent populaires dans l'entourage de leur cible (qui a déjà, par son état, peu de moyens de la ramener). On pourra retrouver au travers de ces signaux de nombreuses familles à problème, les viols/attouchements étant une sorte de cristallisation extrême de tous ces dysfonctionnements (eux peuvent concerner plus d'1 enfant sur 5, chiffre présumé des victimes de « violences sexuelles », donné au terme de la séance). On voit un père bon mais impuissant, quasiment protégé par sa fille. Lorsqu'il la 'dépose' à la chambre de bonne à Paris, elle lui pardonne de pas savoir la défendre ; ce qui en fait une de ces enfants qui 'portent' leurs parents ou un des parents (en plus de le couvrir sur une affaire précise où il est défaillant). Le déni généralisé (y compris chez le pédophile) est plus diffus à mesure qu'on s'écarte du criminel [quoique sa propre famille soit à peine aperçue], davantage noyé dans la pure inconscience – tout se passe en secret et se devine sous les yeux des parents et des autres adultes, à condition d'être déniaisé du regard ce que la proximité interdit souvent.

La mère exprime une position en partie compréhensible (au moins pour le souci de stabilité – la crainte du jugement social n'est pas simplement une moutonnerie de personne faible ou superficielle), en plus grande partie obscure (serait-elle remplie de haine envers sa progéniture ? Ou de jalousie ?), dans tous les cas odieuse – il est possible qu'elle marchande sa fille, qu'elle soit le prix de son attachement à ce Gilbert ; elle a besoin de se convaincre du caractère bénin de la souffrance de son enfant, à moins de la souhaiter carrément, d'y trouver un exutoire à la sienne. Il est regrettable que le film ne poursuive pas sur cette pente – la généalogie de la souffrance, la reproduction des erreurs ou des fardeaux que les membres d'une tribu se croient obligés d'endosser – ou plutôt qu'ils ont endossé malgré eux au point de ne plus pouvoir les chasser une fois adulte, autrement dit une fois qu'ils ont les armes et l'entière légitimité pour les rabattre. À de nombreux égards Les chatouilles paraît braver des difficultés parmi les pires pour finalement laisser sur les germes de nombreuses prises de conscience – ce pourrait être par prudence, pédagogie, ignorance ou négligence.

Enfin ce film convaincra moins les gens réfractaires à l'exhibitionnisme, aux performances tapageuses et aux approches 'individualistes' – d'éventuels défauts soutenant ici habilement le propos comme la séance, car à défaut de modération et de catalogage exhaustif, le film n'est pas aveuglé par un message, une rancœur, un point particulier – au point de laisser répondre la psy « Il n'y a pas de petites douleurs » à sa patiente raillant la clientèle obèse. Derrière le relativisme abusif, on peut entendre une voie reconnaissant les chaînes multiples embrigadant les êtres, tout en les désacralisant, barrant donc la route à la surenchère et aux autres complaisances victimaires – encore des limites à repousser. D'où cette séquence invraisemblable où un prof de danse confond la douleur manifeste d'Odette en la Shoah – rangeant derrière une horreur 'ultime' et collective une autre triviale et personnelle (quoiqu'un consentement à cette idée du prof soit possible – peut-être car c'est un film à deux têtes – le partenaire est Eric Métayer) ; à ce moment ni elle ni lui n'est capable de purger ce lourd dossier, chacun s'en va dans ses grands plans hors-sujets, sa fuite dans un 'avant' factice (modèle explicatif simpliste et globalisant, existence dissolue et turbulente).

https://zogarok.wordpress.com/2019/03/20/les-chatouilles/
https://zogarok.wordpress.com/tag/cine-2018/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 129 fois
2 apprécient

Zogarok a ajouté ce film à 13 listes Les Chatouilles

Autres actions de Zogarok Les Chatouilles