Avis sur

Les Chemins de la haute ville par Rawi

Avatar Rawi
Critique publiée par le

Les Chemins de la Haute ville sont ceux de l'ambition et de l'ascension sociale.
Le jeune Joe Lampton arrive à Warnley, une petite ville industrielle du Yorkshire où il va occuper un emploi d'employé municipal.
A sa rencontre avec Susan, la fille d'un magnat de la ville, il se met en tête de la séduire afin d'assurer son ascension sociale.
Son collègue et voisin de chambre, l'entraîne dans son club de théâtre où il rencontre Alice, française mal mariée, dont il devient l'ami puis l'amant. Ne pas tomber amoureux ! C'est juste pour combler deux solitudes en attendant...
Ils vivent une "amitié amoureuse" en refusant de s'avouer ce qu'ils ressentent.

Tout droit sortie de l'expérience des Sorcières de Salem, Simone Signoret a du ml à vaincre les appréhensions des producteurs. Son engagement politique fait peur, et à 40 ans; elle ne fait plus fantasmer la gent masculine qui focalise son attention sur la relève qui a pour nom Brigitte Bardot.
Quitter le métier comme d'autres l'ont fait avant elle ?
Interdite de sol américain, Hollywood lui garde ses portes fermées mais la solution viendra d'outre Manche.
Adapté du best seller de l'année, les personnages sont comparés à rien moins que Julien Sorel, le roman à succès va amener en salle un public anglais conquis d'avance..
Le tournage retiré à Peter Glennville, revient à Jack Clayton et débute au printemps 1958.
L'émotion est tellement palpable, qu'elle est douloureuse. Le personnage d'Alice personnage secondaire du roman devient l’héroïne du film mettant la jeune et ravissante Suzan en retrait.
Ce rôle est celui qui sert de frontière à la carrière de Simone. Elle n'est plus Casque d'or mais pas encore Rosa. C'est Alice qui la fait glisser dans la maturité, elle se montre telle qu'une femme amoureuse d'un jeune homme, avec sa sensualité, ses doutes et ses désirs. Elle accepte le temps et elle passe l'étape avec douceur.
L'expressivité du regard de Simone, la saveur de ses expressions, ont raison des résolutions du jeune ambitieux.
Discrète, La Signoret ne parle que peu de cette expérience londonienne, échaudée qu'elle est par l'accueil réservé aux Sorcières.
Laquelle de l'ambition ou de l'amour va l'emporter ?
Outre la performance de la Dame, Les chemins de la Haute ville vaut pour une brillante satire sociale de l'Angleterre de l'après guerre. Ce film d'une savoureuse amertume laisse une image qui hante de longs moments.

Le film connaitra une suite, 5 ans après celui-ci. "Life at the top" dans lequel Susan sera interprétée par Jean Simmons.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1190 fois
37 apprécient

Rawi a ajouté ce film à 8 listes Les Chemins de la haute ville

Autres actions de Rawi Les Chemins de la haute ville