Affiche Les Communiants

Critiques de Les Communiants

Film de (1963)

  • 1
  • 2

Le silence de Dieu

Pour qui n'est pas allergique aux questions religieuses et métaphysiques, "Lumière d'hiver" (titre français "Les Communiants") est passionnant. Bergman règle ses comptes avec son père, pasteur luthérien comme Tomas Ericsson, le personnage principal. La caméra traque sur son visage la souffrance, les doutes religieux et les angoisses... Lire la critique de Les Communiants

9
Avatar Lionel Bonhouvrier
9
Lionel Bonhouvrier ·

Critique de Les Communiants par Eowyn Cwper

Qu'est-ce qui rend le cinéma de Bergman plaisant ? Dans Les Communiants, ce n'est certainement pas le décor, une église où se pressent six fidèles devant un pasteur grippé. Ce n'est pas non plus le rythme ou le propos, puisque les scènes ne se succèdent que pour mieux répéter les lignes universelles de la messe – même si la répétition est utile à l'apprentissage d'une langue, on frise... Lire la critique de Les Communiants

5
Avatar Eowyn Cwper
7
Eowyn Cwper ·

Le vacillement

"Mon dieu, pourquoi m'as tu abandonné ?" C'est par ces mots, prononcés également par le Christ durant la "Passion" que le pasteur Tomas Ericsson (allégorie du père du réalisateur, également pasteur, et représentation du réalisateur lui-même en un sens) prend véritablement conscience de la perte de la foi qu'il avait en Dieu, et qui le maintenait en vie jusqu'à présent. La dernière scène est... Lire la critique de Les Communiants

5
Avatar Sinbad
8
Sinbad ·

Confessions Divines

Les Communiants marque un virage important dans la carrière d'Ingmar Bergman dans la mesure où il marque une réelle rupture avec la religion, comme le montre la séquence d'ouverture avec cette messe, où Thomas fait son rite sacré pendant que sa poignée de fidèles s'ennuient. Nous sommes en 1963, la foi quitte les Hommes et Bergman nous dresse... Lire la critique de Les Communiants

9 1
Avatar Alex La Biche
8
Alex La Biche ·

Critique de Les Communiants par denizor

Face caméra, un prêtre (Gunnar Björnstrand) s'adresse à ses paroissiens. Par une successions de plans, l'image s'élargit - il y a peu de monde à l'office - pour sortir du lieu et finalement montrer toute l'église, puis le village, les arbres avec toujours le prêche en fond sonore. Le début des Communiants est clair et résume la situation. Le discours du prêtre - et sa présence... Lire l'avis à propos de Les Communiants

3
Avatar denizor
7
denizor ·

Les diaboliques.

Bergman amorce sa veine épurée et rigoureuse, qui culminera notamment avec Persona puis Cris et chuchotements. Trois ou quatre lieux tout au plus ici : L’autel et les coulisses d’une église, le bord d’un cours d’eau, une maison de famille. On a définitivement quitté l’été qui irriguait nombreux de ses films durant les années 50. La neige a recouvert le paysage, la glace envahi les rivières.... Lire l'avis à propos de Les Communiants

2
Avatar JanosValuska
6
JanosValuska ·

Adieu

Dans la foulée de À travers le miroir sorti en 1961, Bergman poursuit avec Les communiants son travail d’épuration. Il aborde une fois de plus la remise en question de l’existence de Dieu mais cette fois sans artifice. Même si l’approche symbolique demeure présente l’image, il se contente de capter le cheminement intérieur des personnages et grâce au talent exceptionnel de chaque membre de la... Lire la critique de Les Communiants

Avatar Elg
9
Elg ·

Des mots aux images

[contient des divulgâchages] Une paroisse. Un prêtre doute, une femme voudrait par amour se sacrifier, un homme se suicide, une famille est détruite, un couple est détruit, une foi est détruite. En réponse à la douleur de l’homme et à sa crainte d’événements qui le dépassent, le prêtre ne peut que lui offrir ses propres doutes, le précipitant dans son malheur. Seule la... Lire l'avis à propos de Les Communiants

Avatar niramlebop
10
niramlebop ·

En manque de (re)pères

Les communiants réalisé par Ingmar Bergman démarre sur l’office du pasteur Tomas Ericsson (Gunnar Björnstrand). Huit fidèles y assistent, cinq d’entre-eux seront communiants. Après l’austère prêche, la crise de foi apparaît chez ces fidèles. Ces âmes en peine cherchent le réconfort dans la religion et son représentant local… également en crise de foi.... Lire la critique de Les Communiants

Avatar In_Cine_Veritas
6
In_Cine_Veritas ·

C'est qu'y mordrait !

« Les Communiants » fait partie, comme cela est pas mal rabâché sur les internets, de cette soi-disant trilogie de films qui finissent de balayer hors de la véranda les dernières miettes de foi qui subsistaient chez le réalisateur. Mangez-ça, les p'tits oiseaux… Il y a quelque chose de l’adolescence dans ce glaviot que Bergman propulse : glaviot dans la gueule du père, de Dieu, et... Lire l'avis à propos de Les Communiants

Avatar Latrouille
6
Latrouille ·
  • 1
  • 2