Sortir de la fange

Avis sur Les Confins du monde

Avatar eldjiin
Critique publiée par le

Voilà putain !!!
Voilà un film du quel je suis sorti époustouflé, bon évidemment les acteurs, un Gaspard Ulliel grandiose, une justesse rarement atteinte, ce jeune acteur donne une leçon de jeu d'acteur, sans doute sans en avoir la prétention car il fait son taffe le mec, mais putain !!! Il le fait avec véhémence, il n'y a rien qui dépasse, son jeu est d'une qualité rare est appréciable au plus haut point, il est beau voilà ! À tel point que Nicloux lui dédie un plan portrait de... pas loin de 3 putains de minutes, dans un film, le temps est précieux, le montage (M. Nicloux travail d'ailleurs je crois, toujours avec le même monteur, M. Guy Lecorne qui fait un travail remarquable et dont la sensibilité est indiscutable), le découpage des scènes, le temps que l'on choisi de laisser à un plan le sont tout autant, surtout en 2019, où il y a peu de place pour le cinéma contemplatif malheureusement.
Chapeau bas M. Nicloux d'avoir les couilles de consacrer 3 minutes pour sublimer son acteur, non mais c'est ahurissant, ce plan semble à la fois interminable mais aucune seconde n'est en trop, une beauté à pleurer.
On a cette jeune Actrice Lang-Khê Tran qui est déjà, absolument magnifique, superbement belle, mais qui, en plus joue également tout à fait juste dans un rôle difficile, avec des scènes plutôt compliquées je pense, pour un premier rôle.
Faut y aller, donner de sa personne et elle est généreuse et elle a du cran, elle donne beaucoup à ses scènes très intimes, très proches.
Guillaume Gouix vient compléter ce trio de façon toute aussi remarquable un personnage très intéressant et attachant.
Voire un homme pleurer au cinéma ça prend aux tripes, c'est d'avoir vue Darío Grandinetti pleurer dans "Parle avec elle" d'Almodovar, que j'ai apprit en tant qu'homme, à me laisser aller aux larmes pour les belles choses, que c'était beau un homme qui pleure, tout autant qu'une femme attention, moins fréquent cependant.
Guillaume Gouix quand il pleure dans ce film, putain rien que d'en parler on a envie de pleurer avec lui parce, que bordel de merde, lui aussi est beau quand il pleure, c'est beau un homme qui pleure, quand on sent qu'il le fait avec ses tripes, avec son âme, ça vous laisse admiratif, ça vous donne envie de laisser vos émotions sortir pour être beau, pour être touchant vous aussi, pour percuter ceux qui vous entourent et leur dire :" HOOO !! Je suis vivant, j'ai des émotions, je pleure !"
Dans un monde où tout n'est que figuration, instagram et conneries en tout genre, ce genre de scènes vous ramènent à l'essentiel, au plus profond de l'être.
Parlons de la photographie du film à présent, le tournage a été, je pense, éprouvant pour l'équipe qui s'est mise en immersion totale sur place, M. Nicloux ne plaisante pas avec l'honnêteté de son film, avec la justesse de ses propos, donc équipe réduite en forêt, et comme chacun sait, le Vietnam, c'est humidité, chaleur à crever, pour avoir vécu 5 mois au Cambodge, c'est éreintant, désagréable pour qui n'est pas habitué.
Mais voilà le résultat est là, des paysages superbes, l'ambiance pesante parfois vous en conviendrez, qui colle parfaitement avec ce qu'elle a à raconter, une sale période de l'histoire, une sale guerre, mais ce n'est pas à proprement parler le sujet principal du film.
Le sujet traite plus de la quête personnelle, de la place mortuaire que peut prendre la vengeance et les conséquences qu'elle peut avoir sur la vie, contrairement à la quête du capitaine Willard dans Apocalypse Now, qui lui cherche par devoir une personne, dans un univers de plus en plus chaotique, mais la "comparaison" s'arrête là, notre personnage ici : Robert Tassen, le chaos, il l'a côtoyé de façon bien plus intime et noire, ce qui a d'ailleurs eu une impacte sur lui, irréversible.
Je ne suis pas d'accord avec les critiques qui veulent absolument que ça soit le Apocalypse Now à la française.
NON ! c'est "Les confins du monde" point barre.
Un Depardieu dans ses grands moments de cinéma, j'aime beaucoup ce dinosaure du cinéma qui n'a plus rien à prouver à personne, mais qui n'a pas joué que des rôles incroyable et c'est normal sur une carrière aussi prolifique que la sienne.
Je voulais ici vous donner l'envie de voir ce film sans trop en dévoiler, que quelques parties aux quelles moi je suis sensible qui n'en racontent pas trop et qui, j'espère vous donneront envie de voire ce monument, j'espère qu'il vous plaira autant qu'il m'a plût, n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 108 fois
1 apprécie

Autres actions de eldjiin Les Confins du monde