Si le film est français

Avis sur Les Délices de Tokyo

Avatar Black_Adam
Critique publiée par le

Les délices de Tokyo sont un peu comme ces plats cuisinés asiatique vendus au supermarché du coin. L'image est alléchante, le plat à l'air savoureux, limite sur certain plats, on voit une image d'un tigre, d'un yin et yang, d'un cerisier, d un bonzai ou d'un chapeau chinois en paille. Toute ces images je les ai vus, je ne les invente pas. Le marketing est poussé à fond, le cliché à fond pour nous faire croire qu'une bouchée d'un de ces plats nous fera voyager dans ces pays si exotiques pour nous occidentaux. Sachez juste que ce plat se révèle souvent être de la merde et que même pas un jap, un chinois osera toucher à ça et encore moins y goûter.

Bref, où je veux en venir déjà?

Si le film est français, son pitch serait celui ci:

Omar, jeune banlieusard, fraîchement sorti de prison pour radicalisation souhaite ouvrir son commerce cependant la concurrence en resto tacos/kebab est tellement forte qu'il décide d'ouvrir une pâtisserie. Il ne croit pas en ce qu'il fait et ses Paris-Brest sont fades. Un jour, il rencontre Lucette qui lui apprend l'art ancestral du Paris Brest et plus particulièrement l'art de la pâte à chou avec des scènes tout droit sorti d'une pub de la Laitière. Avec Lulu, les bonnes traditions françaises sont respectés. Cependant Lucette passe le reste de ses journées à sentir l'odeur des saucissons sur le marché et aime contempler le jaune hypnotisant d'un verre de pastis devant des gens qui jouent à la pétanque.
Les Paris Brest seront délicieux et tout le monde va accourir pour en acheter. Les pâtisseries sont bonnes et authentiques donc tout le monde court en manger. Seul le bon gout détermine le succès de cette patisserie. Dans le monde de l'exotisme, il n'y a que le bon gout qui triomphe, l'emplacement et l'enseigne (qui restent les mêmes) le marketing (inexistant) et l'économie en général ne sont pas à prendre en compte. Si seulement ,c'était vrai dans la vie, on n'aurait pas tout cesb ons endroits qui ferment au profit de fast foods et restos franchisés.

Puis après,il y a la méchante patronne qui veut qu'Omar embauche un pistonné, ensuite Omar se lie d'amitié avec Lucette. Et bien sur je ne vous dévoile pas la fin pour ne pas vous spoiler.

J'ai oublié l'adolescente Joséphine, timide, pas très bonne à l'école mais passionnée de Paris Brest mais elle on s'en fout.

J'ai pas besoin d'en dire plus. Enième film exotique pour occidentaux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 827 fois
6 apprécient · 7 n'apprécient pas

Black_Adam a ajouté ce film à 1 liste Les Délices de Tokyo

Autres actions de Black_Adam Les Délices de Tokyo