👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ce qui fait la force de "Jaws", c'est sans doute ce qu'il a de plus primaire et de plus viscéral. Sur la première moitié du film, Spielberg joue avec nos peurs les plus élémentaires : la peur de l'inconnu, l'angoisse suscitée par l'invisible et polymorphe visage du monstre que l'on ne voit pas ... et qui lui nous voit. Ces plans prenant le point de vue du monstre ; sans révéler son identité, le réalisateur le rend omniprésent, imposant une menace perpétuelle sur l'être humain (autrement dit le spectateur), insignifiante silhouette noir vouée à la mort, approchant au rythme de la musique frénétique de John Williams jusque l'inévitable. Le suspens se rompt et l'horreur atteint alors son paroxysme, lorsque subitement le point de vue redevient humain - et qu'on assiste donc, totalement impuissant, au carnage attendu et pourtant saisissant. Mais bon. Bien que superbe, l'idée de jouer sur les grands phobies humaines ne pouvait pas faire tout un film : de la même façon, le visage du monstre ne pouvait pas rester voilé jusqu'à la fin. A mi-parcours donc, les attaques surprises se terminent, et l'identité de la bête est dévoilée. Et le film d'horreur viscéral devient alors une lutte totalement sauvage entre l'homme et la bête ; le rythme explose, la crainte cède la place à une haine mêlée d'effroi et de fascination, et l'affrontement vire au combat légendaire. C'est l'histoire intemporelle de l'homme face au monstre, face à ses peurs les plus primales. Et, mine de rien, "Jaws" devient, bien au-delà du chef d'oeuvre, un film à la dimension mythologique.
Trelkovsky-
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Steven Spielberg, Top 52, Les meilleurs blockbusters et Les meilleurs films d'horreur

il y a 10 ans

5 j'aime

Les Dents de la mer
Sergent_Pepper
9

We’re gonna feed a bigger throat.

Autour de l’île d’Amity, l’eau qui scintille est une promesse universelle de loisir. Pour les étudiants et leurs joints, dont les bains de minuit forgent parmi les plus beaux souvenirs d’une jeunesse...

Lire la critique

il y a 7 ans

102 j'aime

15

Les Dents de la mer
SanFelice
10

"Je l'capturerai, vot'bestiau"

[SanFelice révise ses classiques, volume 3 : http://www.senscritique.com/liste/San_Felice_revise_ses_classiques/504379] Nous sommes à une époque très spéciale. Les cinéastes du Nouvel Hollywood sont...

Lire la critique

il y a 8 ans

92 j'aime

12

Les Dents de la mer
DjeeVanCleef
10

Derrière la porte (entrou)verte..

La première fois que j'ai vu ce film, crois-moi si tu veux, c'était sur FR3. L’ancêtre de France3. Et ça devait être un jeudi, il me semble. Je l'ai vu, accroupi derrière la porte du salon...

Lire la critique

il y a 8 ans

87 j'aime

41

Le Désert rouge
Trelkovsky-
10

Le vertige selon Antonioni

Pour Michelangelo Antonioni, "Le désert rouge" est un changement : il s'agit en effet de son premier film en couleur, un pas en avant vers une nouvelle modernité cinématographique et donc vers un...

Lire la critique

il y a 10 ans

34 j'aime

5

Django Unchained
Trelkovsky-
5

À tout vouloir justifier ... (spoilers)

Depuis quelques films déjà, Tarantino a comme un besoin de légitimer la violence qu'il filme. Bien sûr, dans les grandiloquents « Kill Bill », l'histoire de vengeance n'était qu'un simple...

Lire la critique

il y a 9 ans

33 j'aime

7

Le Tableau
Trelkovsky-
3
Le Tableau

Pour être comme tout le monde ...

Dès le début, le film affiche clairement son postulat : les pauvres gentils et les méchants riches. Dès le début, le réalisateur/moralisateur lance un propos très édifiant à son jeune spectateur :...

Lire la critique

il y a 10 ans

24 j'aime

4