👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Y a des classiques du cinéma, si on les a pas vu on ne peut pas décemment se prétendre cinéphile. Bon ok, avec ce genre de raisonnement, personne n'est cinéphile, y en a bien trop des classiques, mais quand même ! Les dents de la mer quoi! On parle du film qui a révélé un des réalisateurs les plus influents du Nouvel Hollywood. L'un de ces fous furieux qui ont redéfini les cadres de la production cinématographique américaine ! Aka Steven Spielberg. Stevou pour les intimes. Donc voilà, si vous n'avez pas vu ce film, vous n'êtes pas un cinéphile.

Les dents de la mer, c'est un film qui vous parle d'une petite île du nom d'Amity. Ça vous parle? C'est normal. Donc sur cette petite île qui pue déjà le drame, arrive un requin, et un gros. Évidemment on va déjà retrouver les personnages archétypaux chers à Spielberg : le maire irresponsable qui pense avant tout a sa réélection, les vacanciers irresponsables qui veulent quand même se baigner, et le héros, Monsieur toi et moi, mais pas irresponsable, qui va se dresser contre la bêtise ambiante et sauver la situation. En cela il sera aidé par une équipe hétéroclite mais infaillible : l'océanographe fils à papa et le vieux baroudeur qui en a trop vu.

Attention, peut être a-t-il été vendu comme un film de frisson à sa sortie en 1975, mais un premier visionnage en 2019 vous détrompera. Le film se découpe en deux parties, la première raconte l'arrivée du requin dans les eaux de l'île, la seconde se concentre sur la traque de celui-ci.
Le frisson est donc très léger et laisse vite la place à l'action et au suspens. En vérité, ce changement de ton ravive totalement le récit et permet au spectateur de ne jamais s'ennuyer.

Et pourquoi un classique finalement? Tout simplement car tout fonctionne. Le jeu des acteurs est emprunt d'une authenticité impressionnante, ce qui permet une identification très efficace. Le montage ne laisse rien au hasard, chaque plan, chaque scène, raconte quelque chose tout en prenant le temps de poser les bases de cette petite vie idyllique perturbée. Authenticité là encore. Et puis le requin. Certes ce gros bout de plastique a bien vieilli, mais on le voit si peu, et il est pourtant tellement présent. On pourrait analyser chaque détail, on pourrait spoiler chaque instant, mais ce serait gâcher le premier visionnage.

Vous allez kiffer. Pas besoin de conclusion.

AymericBeatrix
8
Écrit par

il y a 2 ans

Les Dents de la mer
Sergent_Pepper
9

We’re gonna feed a bigger throat.

Autour de l’île d’Amity, l’eau qui scintille est une promesse universelle de loisir. Pour les étudiants et leurs joints, dont les bains de minuit forgent parmi les plus beaux souvenirs d’une jeunesse...

Lire la critique

il y a 7 ans

102 j'aime

15

Les Dents de la mer
SanFelice
10

"Je l'capturerai, vot'bestiau"

[SanFelice révise ses classiques, volume 3 : http://www.senscritique.com/liste/San_Felice_revise_ses_classiques/504379] Nous sommes à une époque très spéciale. Les cinéastes du Nouvel Hollywood sont...

Lire la critique

il y a 8 ans

92 j'aime

12

Les Dents de la mer
DjeeVanCleef
10

Derrière la porte (entrou)verte..

La première fois que j'ai vu ce film, crois-moi si tu veux, c'était sur FR3. L’ancêtre de France3. Et ça devait être un jeudi, il me semble. Je l'ai vu, accroupi derrière la porte du salon...

Lire la critique

il y a 8 ans

87 j'aime

41

58 minutes pour vivre
AymericBeatrix
5

58 minutes de trop

Il est difficile de passer après Alan Rickman. Surtout quand on s'appelle William Sadler et qu'on finit par faire du Tai Chi tout nu devant la télé. Plus largement, il est difficile de passer après...

Lire la critique

il y a 2 ans

3 j'aime

Sex Education
AymericBeatrix
8

Ou comment briser des tabous en douceur

Sex Education arrive 15 ans trop tard! Pourquoi n'a-t-on pas pu regarder ça quand on était jeunes? On se serait senti moins seuls! On n'aurait pas flippé autant! Enfin bon, le mal est réparé. Grâce à...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime

Captain Fantastic
AymericBeatrix
9

L'héroïsme d'un quotidien insensé

Ce film pourrait n'être qu'une simple critique du modèle social actuel et de ses dérives les plus ignobles : déterminisme social, consumérisme indécent, abrutissement généralisé, rupture des liens...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime