👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Encore un film d'animation qui ne va pas être distribué avec les bons arguments, lors de l'avant-première en guise de dossier de presse on nous donne le genre de brochures pour les enfants de l'aquarium de la Rochelle, au départ le fait d'utiliser le film comme support à une pédagogie écolo me semble très bien mais une fois que l'on a vu le film force est de constater qu'il ne s'adresse pas du tout aux enfants. Malgré toutes ses qualités on est bien loin des différents degrés de lecture d'un (pour l'exemple, et parce que le distributeur y a fait référence) Miyazaki, un enfant aurai probablement du mal à apprécier une œuvre qui joue autant sur le mystique et l'abstraction, là où un adulte peut être vraiment retourné par ce qu'il viens de voir, ne sachant pas comment interpréter un bon nombre d'éléments...

Les thèmes abordés sont multiples, la place de l'homme dans son environnement, le monde, l'univers, l'empathie, l'amitié et la dépendance, le bien fondé de notions comme le bien et le mal, bref le film brasse beaucoup de questions sans forcément chercher à apporter beaucoup de réponses, ce que j'ai tendance a apprécier même si la narration tend à une opacité un peu trop poussé.

N'ayant pu lire que deux tome sur les cinq je ne peux nullement juger le film en tant qu'adaptation, même si l'essentiel de ce que j'ai lu me semble respecté, la qualité essentielle du métrage est intimement lié a son seul défaut, le mélange d'abstraction et de figuration, mélangeant les deux avec des dosages fluctuants. Cela donne des images magnifiques, on ne peux plus digne du studio qui nous a offert Amer Beton et Mind Game, tout en gardant la patte graphique des dessins originaux.

L'animation est sublime, outrepassant les limites de la narration habituelle, chose que trop peu de long métrage d'animation se permettent de faire alors qu'il s'agit de l'un des intérêts premier du médium. Que ce soit au niveau des textures, du dynamisme, des effets visuels et sonores, tout est aussi maitrisé que vraiment à part, rendant grâce au l’œuvre originale, avec toute la vision d'auteur qu'elle possède.

Les Enfants de la mer
ZayeBandini
8

4°C jusqu'à l'infini

Encore un film d'animation qui ne va pas être distribué avec les bons arguments, lors de l'avant-première en guise de dossier de presse on nous donne le genre de brochures pour les enfants de...

Lire la critique

il y a 3 ans

19 j'aime

Les Enfants de la mer
Behind_the_Mask
8

La forme de l'eau

Cela commence à l'âge de l'enfance, avec le contact de la peau contre la paroi vitrée et froide. Et le souvenir de l'émerveillement. De ces animaux marins évoluant dans un ballet, comme en...

Lire la critique

il y a 2 ans

17 j'aime

5

Les Enfants de la mer
Wynner92
3

Ecstasy japonaise sous-marine.

Les lumières s'éteignent et après une dizaine de minutes en somme très classiques on se dit que l'on va passer deux heures à regarder un énième anime traitant de l'adolescence, de l'amitié, de la...

Lire la critique

il y a 3 ans

17 j'aime

17

Les Enfants de la mer
ZayeBandini
8

4°C jusqu'à l'infini

Encore un film d'animation qui ne va pas être distribué avec les bons arguments, lors de l'avant-première en guise de dossier de presse on nous donne le genre de brochures pour les enfants de...

Lire la critique

il y a 3 ans

19 j'aime

Pierrot le Fou
ZayeBandini
10

Admettons donc.

Aujourd'hui Jean-Paul Belmondo est mort, et avec toute la tristesse que cette annonce m'a procuré, j'ai ressenti le besoin de revoir ce film. Pourquoi celui-ci je ne sais pas, peut-être parce que...

Lire la critique

il y a 9 mois

8 j'aime

2

Le Détroit de la faim
ZayeBandini
9

À la croisée des films noirs de Kurosawa et des grands polars de Nomura, c'est dire...

Un immense oubli dans les classiques connus et reconnus du cinéma japonais, dans la droite lignée du Entre le ciel et l'enfer de Kurosawa, et augurant en un sens les immenses adaptations de Matsumoto...

Lire la critique

il y a 10 mois

7 j'aime