Une troisième enquête dans la continuité, mais sans envolée !

Avis sur Les Enquêtes du département V : Délivrance

Avatar Philippe P.
Critique publiée par le

Ce troisième film des enquêtes du Département V est assez complexe à critiquer puisqu'il fait partie de cette catégorie de films qui sont bons, mais sans plus. C'est typiquement le genre de film que vous allez regarder, sans passer un mauvais moment, mais sans être non plus scotché à votre fauteuil. Difficile donc de faire une critique qui ne se résumerait pas en cette phrase : c'est sympa, mais pas fou. Par ailleurs cela me fait un petit peu mal de dire cela d'un film de cette saga. Les deux premiers volets m'avaient beaucoup plu, sans rentrer dans le panthéon du film policier nordique, ils restaient de très bons films avec des éléments marquants soit dans la résolution, soit dans le modus operandi du tueur. Au final c'est ce qui manque cruellement à cette troisième enquête.

En effet, l'affiche l'indique assez clairement la thématique de ce troisième film qui est celui de la religion. Une thématique abordée à de très nombreuses reprises - et c'est un euphémisme - dans ce genre de film. Pour une raison très simple que la religion est ominprésente dans la vie de la plupart des gens soit par adhésion, soit par rejet. Domaine qui mène assez facilement à la croyance aveugle, au fanatisme ou à une haine inconsidérée. En somme un terreau des plus fertiles pour créer un ou une psychopathe autour de cette thématique. Sans même aborder toutes les dérives des différents courants religieux qui font de nombreuses victimes qui pourraient chercher à se venger.

Malheureusement pour le coup rien ne fait ressortir le scénario de la masse de films ou livres tournant autour de cette thématique : que cela soit dans les raisons du tueur ou même le lien avec la religion elle-même. La résolution est somme toute assez linéaire et peu, voir aucun, rebondissement bien venu vienne agrémenter la narration. Narration qui n'est pas déplaisante et, si vous n'êtes pas habitué du genre, pourra peut-être avoir un peu plus d'impact sur vous. Ce qui manque surtout au scénario c'est l'étincelle d'originalité ou de folie qui fait qu'on va se souvenir de cette enquête même plusieurs mois après avoir vu le film.

Une bonne partie du film est aussi consacrée en parallèle à un des personnages principaux, celui de Carl. Le personnage est brisé depuis la dernière enquête et a perdu toute motivation et foi dans son travail. Le récit va donc nous montrer comment Carl va tenter de remettre le pied à l'étrier. Au-delà d'une narration très classique autour de la thématique de l'inspecteur blessé psychologiquement, il manque une réelle profondeur à cet arc narratif. Alors certainement que le livre (je ne l'ai pas encore lu) insiste beaucoup plus sur cet aspect psychologique du personnage et que donc les dégâts et l'évolution de "l'âme" de Carl sont plus travaillés, détaillés et ont plus de sens, mais dans le cas de cette adaptation cinématographique cela reste bien trop superficiel et sans impact réel sur le spectateur.

A lire cette critique, on peut avoir l'impression que le film est mauvais, mais ce n'est pas du tout le cas. Il est tout à fait honorable et se laisse regarder avec plaisir, tout en restant en dessous de ses aînés : Miséricorde et Profanation.

Au niveau des personnages, on retrouve toujours le duo d'inspecteurs constitué de Carl, interprété par Nikolaj Lie Kaas (Anges et Démons, Enfant 44), et Assad, interprété par Fares Fares (Enfant 44, Westworld). La collaboration fonctionne toujours aussi bien et une certaine alchimie se ressent malgré les piques parfois acerbes qu'ils se balancent. Fatalement et lié à la thématique du film, on n'échappe pas à la traditionnel opposition de point de vue sur la croyance, mais le film a le mérite de vraiment l'aborder de manière très rapide et sans s'appesantir lourdement dessus. Si Fares Fares est un bon acteur, Nikolaj Lie Kaas est vraiment très bon dans un rôle pas forcément simple. Dire que le personnage de Carl est antipathique au premier abord est un euphémisme, même après deux films. Et pourtant malgré tout par son jeu, la manière de l'interpréter Nikolaj Lie Kaas arrive à vraiment créer une certaine empathie avec le personnage.
L'acteur jouant le tueur, Pål Sverre Hagen, est très bon aussi dans son rôle. Il a vraiment le profil du tueur en série et il rentre très bien dans la peau de celui-ci.

En terme de réalisation, les scènes d'action s'intègrent bien dans le rythme assez lent du genre. Elles ne virent pas au grand n'importe quoi pour provoquer de la tension (oui c'est à toi que je pense, bande-annonce du nouveau "Millénium") et elles arrivent à procurer l'effet désiré en restant simple et sobre. La réalisation s'offre de très beau plan et comme toujours le paysage danois est sublimé par très beaux plans aériens.
Musicalement, le film arrive à bien géré ses moments de silence et où il faut un accompagnement musical. Dommage qu'il n'y a pas un thème bien particulier qui se dégage et qui pourrait être représentatif de la saga.

En conclusion, Les Enquêtes du Département V : Délivrance offre un troisième épisode à la saga danoise de bonne facture, mais à qui il manque une réelle originalité et une envolée marquante pour prétendre à la succession de ses aînés. Bien trop classique, l'enquête se suit avec un peu de plaisir, mais rien de transcendant viendra marqué l'esprit du spectateur. La faute a une thématique beaucoup trop vu ? Ou alors un matériel d'origine se consacrant bien plus aux blessures psychologiques de son personnage principal et mal retranscrit à l'écran ? A vous de voir, mais quoi qu'il en soit sans être mauvais ou raté, ce volet constitue une légère déception tout en restant appréciable par certains aspects et notamment l'alchimie de ses deux personnages principaux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 68 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Philippe P. Les Enquêtes du département V : Délivrance