Le ying et le Yang

Avis sur Les Enquêtes du département V : Délivrance

Avatar cinevu
Critique publiée par le

Une trilogie qui prend des airs de série et dont on devient vite accroc.

Hans Petter Moland a repris la réalisation et le film est passé un cran au dessus, le résultat va encore au delà des deux précédents opus déjà de très haut niveau.

Carl le dépressif chronique, Assad l’optimiste au coeur tendre et comment ne pas s’éprendre de la petite Rose qui complète la bandes des archivistes du crime.

Attention ici on est pas dans « Cold Case », pas de tenue impeccable, pas de beau gosse, pas de haute technologie mais deux drôles de types, une secrétaire pétillante et loufoque, des bureaux en sous-sol où les vieux dossiers refont surface comme cette bouteille à la mer.

Le département V doit résoudre de vieilles affaires et on bascule du passé au présent. Le drame aujourd’hui est lié au passé, deux enfants enlevés.
Malgré l’état psychologique lamentable de Carl, il va se ressaisir et repartir en guerre. Malgré son cynisme, Carl est un chouette type, malade, taiseux, maladroit mais diablement attachant. Assad le connait bien, plus que des coéquipiers, ce sont des amis sans mot dire, c’est palpable et puissant. Assad le protège comme il peut et surtout de lui-même.

Ce nouveau réalisateur donne une nouvelle dimension au film avec plus de démesure et parfois trop de spiritualité. J’avais adoré les deux opus précédent mais là le rythme et la noirceur du dossier l’emporte.
Trois adaptations réussies des romans de Jussi Adler-Olsen et on aimerait bien que ça continue.

Des bon polars qui font frissonner. On est troublé et définitivement accroché à ce duo improbable.

Toutes nos chroniques sur le blog Cinevu

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 812 fois
7 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de cinevu Les Enquêtes du département V : Délivrance