Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Affiche Les Feux de la rampe

Critiques de Les Feux de la rampe

Film de (1952)

Critique de Les Feux de la rampe par Gérard Rocher

Cette histoire poignante se déroule à Londres en 1914. Calvero fut un grand clown, un très grand clown qui connut la gloire, les applaudissements de son public, mais voilà, c'était il y a bien longtemps. Depuis l'artiste a vieilli, il ne fait plus rire, il est presque pitoyable sous son maquillage. Sa carrière est loin derrière lui, la retraite arrive inexorablement. Un beau jour, il va... Lire la critique de Les Feux de la rampe

48 24
Avatar Gérard Rocher
9
Gérard Rocher ·

Charlie et la grande censure de verre

On s'en sera rendu compte, "Les feux de la rampe" est de loin le film le plus personnel de Chaplin. C'est une réflexion explicite sur le métier d'artiste (à signaler : l'apparition de Buster Keaton à la fin), sa carrière, ses idées, l'amour, sa vie, la vie, la mort et sur tellement de choses encore (c'est fou, il y a (presque ?) tout dans ce film)... C'est ça aussi (il y aurait moyen... Lire l'avis à propos de Les Feux de la rampe

34 11
Avatar Dimitricycle
9
Dimitricycle ·

Se souvenir des belles poses.

C’est une double fuite que propose Les feux de la rampe : du présent, qui mène la vie dure à la vedette Chaplin et creuse le fossé entre sa personne et le pays qui l’a porté aux nues quelques décennies plus tôt ; et de son genre de prédilection pour un retour aux sources, celui de son enfance dans le music-hall londonien. “But as a crowd, they're like a monster without a head that never knows... Lire l'avis à propos de Les Feux de la rampe

31
Avatar Sergent Pepper
9
Sergent Pepper ·

Un anti-charlot , parlant et philosophe

Ce film, je l'avais vu il y a longtemps (j'étais jeune, alors...), et je ne l'avais pas aimé. Pour moi, fan inconditionnel de Charlot, c'était inadmissible de voir un Chaplin qui ne soit pas drôle. Mais en le revoyant maintenant,je crois que j'ai mieux compris le film : Chaplin n'avait plus besoin de faire un film drôle, il en avait fait tellement. Il voulait faire un film qui traite de ses... Lire la critique de Les Feux de la rampe

11 1
Avatar félis
9
félis ·

♪♫ Goodbye Stranger, it's been nice ♪♫

Les Feux de la Rampe représente d'abord un adieu, un testament pour le personnage de Charlot que Chaplin met en scène par le prisme de Calvero, vieux chanteur de music-hall ayant remplacé les succès par la boisson, cherchant à redonner goût à la vie à une jeune danseuse psychologiquement handicapée. Tout ça, c'est Charlot, impossible de ne pas penser à lui en voyant cette... Lire la critique de Les Feux de la rampe

8
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·

Calvero genio

Je ne ferai pas preuve d'une originalité délirante dans cette critique, en relevant tout le côté autobiographique et quasi hommage funèbre de Charlie à Chaplin. À 63 ans, près de 80 films à son actif, il nous offre en effet pour ainsi dire une oraison funèbre à son bien-aimé Charlot, pour ce qui sera son dernier film américain, et l'un de ses derniers tout court. Le sujet de l'artiste sur le... Lire la critique de Les Feux de la rampe

7
Avatar SeigneurAo
8
SeigneurAo ·

Critique de Les Feux de la rampe par Gourgandine

D'abord, la musique est merveilleuse, parfaite, elle berce et cadence le film du début à la fin. Chaplin est grandiose, Claire Bloom magnifique. Les numéros de Calvero sont vraiment drôles, et nous rappellent une époque hélas révolue, des artistes qui ne feraient plus rire aujourd'hui. C'est un joli adieu au personnage de Charlot, et un début d'adieu à sa carrière, que nous offre Chaplin.... Lire l'avis à propos de Les Feux de la rampe

7
Avatar Gourgandine
10
Gourgandine ·

Feu de paille

Petite déception pour ce film qui a une très belle moyenne chez mes éclaireurs. Malgré l'affection que je porte à Charlot, j'ai trouvé ce film manquant intérêt et longuet par moment. J'ai eu le sentiment d'une émotion artificielle émanant des personnages, de leur situation et leurs relations. Je comprends bien ce qu'a voulu dépeindre Chaplin à travers son film hommage et certains moments sont... Lire l'avis à propos de Les Feux de la rampe

6
Avatar Before-Sunrise
6
Before-Sunrise ·

Critique de Les Feux de la rampe par Lonewolf

Un pitch de départ basique pour une comédie dramatique finement menée par Chaplin au sommet de son art. Chaplin, à travers le personnage de Calvero, se confronte à ses propres peurs.A commencer par la plus grande peur de tous les comiques...La perte du public et du rire. Calvero n'est plus que l'ombre de lui-même, un vieillard alcoolique repensant avec nostalgie à ses jours de gloire passée.... Lire la critique de Les Feux de la rampe

4
Avatar Lonewolf
9
Lonewolf ·

L'air de l'âge et la sagesse de la troupe

En 1952, Chaplin avait encore toujours été là. Les vieux cinéastes commençaient d'apparaître. Lui qui a si bien maîtrisé le muet, il a dû s'adapter au parlant, puis à la critique, puis à la guerre, ne sortant victorieux de ces affronts que pour mieux aborder la vieillesse. Il n'avait finalement que 63 ans dans Les Feux de la rampe, mais sentant bien venir des effets du temps qui dépasseraient... Lire l'avis à propos de Les Feux de la rampe

1
Avatar Ywan Cooper
7
Ywan Cooper ·