👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'ai décidemment assez de mal avec le cinéma de Argento, qui regorge de qualités esthétiques certaines mais qui ne manque malheureusement jamais de m'ennuyer une fois la première heure passée. C'est principalement le côté kitsch et assez lent de ses films qui me rebute. Le fait que ses personnages ne soient pas tant développés que ça, que tout soit organisé autour du twist final m'embête un peu, dans le sens où je n'ai pas l'impression de vivre une histoire si passionnante que ça, à cause de la faible profondeur des personnages principaux. Si les cadrages et prises de vue sont très intéressants, je lui reproche toujours un manque de rythme, de tension, qui s'amorce dans certaines scènes pour vite retomber à plat. Certaines séquences peuvent se révéler bien flippantes, ça c'est clair, mais elles ne représentent que quelques minutes et sur les 1h45, ça fait assez peu.

La bande son électronique et toujours aussi sympa, mais parfois ne colle vraiment pas à l'action et, comble de tout, nous sort littéralement de la scène.

Un film intéressant cela dit, qui peut plaire, si tant est que l'on est réceptif à ce style. Le cinéma, comme tout art, c'est les goûts et les couleurs !

Scorcm83
6
Écrit par

il y a 7 ans

Les Frissons de l'angoisse
Arlaim
9

Toujours à la recherche de la vérité

Attention, il y a un ou deux spoils. ;) Il est de ces films dont on ne peut extraire une vérité absolue ou établir un bilan tangible tant le produit dans ses diverses composantes recourt en...

Lire la critique

il y a 7 ans

43 j'aime

7

Les Frissons de l'angoisse
Gand-Alf
8

Derrière les murs.

Avant de prendre ses distances avec le genre le temps de quelques films, Dario Argento pousse le giallo dans ses derniers retranchements, à partir d'une relecture du "Blow up" d'Antonioni,...

Lire la critique

il y a 9 ans

36 j'aime

Les Frissons de l'angoisse
Sergent_Pepper
8

L’emprise des sens

Sommet du giallo, Les Frissons de l’angoisse est, d’une certaine façon la récompense pour cinéphiles des frustrations généralement liées au cinéma de genre. Dans un registre où priment généralement...

Lire la critique

il y a 1 an

26 j'aime

5

Black Mirror : Blanc comme neige
Scorcm83
9

Critique de Black Mirror : Blanc comme neige par Scorcm83

Cet épisode spécial White Christmas est un cas d'école. Il met en exergue l'importance du comédien au sein d'une oeuvre audiovisuelle. J'en fais peut-être trop, mais en cours de visionnage, c'est ce...

Lire la critique

il y a 5 ans

8 j'aime

1

The Neon Demon
Scorcm83
7

Mi-Drive, Mi-OGF, un nouveau style ?

The Neon Demon est un film que j'attendais particulièrement, étant fan du travail du réalisateur danois depuis ses débuts et extrêmement intéressé par le scénario, autant dire que mes attentes...

Lire la critique

il y a 6 ans

7 j'aime

Les 8 Salopards
Scorcm83
8

Tarantino à son paroxysme

En grand amateur du bonhomme, je ne rate jamais une seule de ses nouvelles oeuvres que j'essaie de ne manquer sous aucun prétexte lors de leur sortie en salle. Pour ce Hateful Eight, j'ai eu la...

Lire la critique

il y a 6 ans

6 j'aime

2