👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Les Gamins a surpris toute la critique, et je voulais qu'il me surprenne à mon tour comme Thomas en découvrant son beau-père Gilbert pour la première fois: Un quinqua forfait canapé/TV illimité blasé par le vide intersidéral de ses journées et les menus bio confectionnés par sa tendre épouse (la lumineuse Sandrine Kiberlain). Tandis que Thomas se fiance tout juste et prépare son avenir aux côtés de sa Lola, ce cher Gilbert le prend par la main pour l'emmener dans l'autre sens dans ses nouvelles lubies d'ado ressuscité. Dans le grand bain de cette cure de jouvence, nous ne sommes finalement pas à l'abri de quelques surprises...

Max Boublil est gentil, Alain Chabat ne plisse pas une ride, mais mis ensemble, ça fonctionne plutôt bien ! Mais je n'ai que faire des deux trublions sur l'affiche, mon cœur ne bat plus que pour une seule: Mélanie Bernier. OMG quelle femme, quelle actrice ! Au programme, un humour fin et subtil bercé par un quator de tête efficace. Et en ce qui me concerne, je m'attendais à rire davantage avec le duo Chabat/Boublil. Mais je vous rassure, j'ai quand même eu ma dose sur quelques bonnes vannes, j'ai même craqué sur l'hilarante séquence Patrick Bruel, sans oublier Kheiron en dictateur iranien !

Au rendu, Les Gamins s'impose comme une des forces comiques de cette année 2013, parce qu'il sort justement des sentiers battus grâce à ses idées. Et quand bien même la morale se fait prévisible, les événements prennent une tournure originale et décalée grâce à la fantaisie de l'écriture. Ici tout est prétexte à l'enfance, jusqu'à la BO vivifiante entonnée par la chorale St-John International School, et c'est bel et bien l'atout véritable du film d'Anthony Marciano. Et puis bon...Y A IGGY POP !!!

On n'est pas complètement dans le film d'amour, on n'est pas complètement dans la comédie. On est dans un très bon compromis qui offre tout le loisir d'en ressortir avec le sourire, et c'est probablement ça, notre meilleure fontaine de jouvence.
Les Gamins
Truman-
7
Les Gamins

Critique de Les Gamins par Truman-

Dans toute ces mauvaises comédie Française Les Gamins arrive a relever le niveau haut la main, même si le scénario est très classique et sans la moindre surprise ( pas besoin de le voir pour...

Lire la critique

il y a 8 ans

22 j'aime

Les Gamins
Gand-Alf
5
Les Gamins

Forever young.

Une fois de plus, la déception prédomine à la vision de ce que la presse qualifie de "haut du panier de la comédie française", baromètre il est vrai peut-être un brin dénaturé par des "Hollywoo" ou...

Lire la critique

il y a 8 ans

20 j'aime

Les Gamins
eloch
3
Les Gamins

" Je suis mes saloperies ... "

A part la lumineuse Sandrine Kiberlain, quelques petites trouvailles assez drôles, le film reste assez classique et passable. Rien de nouveau sous le soleil. Si le duo Boublil/Chabat marche bien en...

Lire la critique

il y a 9 ans

17 j'aime

1

Zygomatiques
Maître-Kangourou
10
Zygomatiques

Que le rire demeure !

C'est cruel, mais le rire n'existe pas. Tout du moins dans ce 1984 dystopique, où la joie est bannie du quotidien des hommes. C'est d'ailleurs très intéressant de voir ce que serait le monde sans...

Lire la critique

il y a 9 ans

14 j'aime

Le Terminal
Maître-Kangourou
8
Le Terminal

Inconnu à cette adresse

Tom Hanks se complaît-il dans les personnages voués à la solitude ? En tous les cas, l'exercice lui réussit à merveille. C'est aussi la preuve formelle d'un grand talent d'acteur, qui sans forcément...

Lire la critique

il y a 9 ans

13 j'aime

OutRun
Maître-Kangourou
8
OutRun

Patrouille Nocturne (suite)

Kavinsky, c'est avant tout le charme électrisant des eighties, à l'image du très magnétique Protovision, une tuerie. La patrouille continue avec Rampage, se trempant dans le film d'angoisse à la Wes...

Lire la critique

il y a 9 ans

12 j'aime

2