Tout de même, ils doivent quand même être bien emmerdés dans leur team de scénaristes, chez Marvel. « Alors, ben un méchant recherche un objet spécial qui lui permet d’éradiquer une planète entière. Des milliards de morts à la clé, et seuls le/la/les super-héros de cet opus pourront l’en empêcher. Luttes, explosions, victoire finale, tout ça ».
Les Gardiens de la Galaxie est un blockbuster, nul doute là-dessus. La trame générale est éculée, le scénar assez expédié, surtout dans sa première demi-heure où le rythme elliptique renvoie à de mauvais épisodes de séries des années 80. Les méchants sont tellement ridicules que ça semble volontairement parodique, ce que pourrait confirmer la scène finale.

Vu que je n’y connais rien, j’ai pas trop su répondre à mon fils de huit ans quand il me demandait pourquoi les gens « normaux » étaient pas choqués de voir des E.T partout dans la rue, et pourquoi on disait Terranien et pas terrien, et si on était dans le même 2014 que celui des autres Marvel.

Bientôt, de toute façon, c’est lui qui m’expliquera.

Que reste-t-il à une grosse machine comme celle-là si l’on n’achète pas ses grosses ficelles ?

Le reste, à savoir pas mal de choses : la caractérisation des personnages, et surtout le ton. Quand les grands studios s’essaient à la comédie dans leurs blockbusters, la pathétique guette (cf. Transformers). Ici, ça fonctionne, et je le confesse, j’ai ri.

Le principe est aussi élémentaire qu’efficace : le public qui se déplace pour voir des explosions et des destructions en masse a une âme d’enfant pas sage. Cette fois, donc, les personnages vont prendre en charge cet état d’esprit, et jubiler dans le destroy. Un grand nombre de scènes fonctionne sur le modèle de la désactivation par le rire : le fond est attendu (un plan pour s’évader, un ennemi en surnombre), la forme passe par l’annulation et la surprise. Rocket et Groot, réjouis de canarder à tout va, de jouer au crash test ou d’empaler en brochettes leurs adversaires ont quelque chose de jubilatoire parce qu’ils communiquent sans masque le plaisir enfantin de leur audience.
La B.O est calibrée pour les parents, bonne pioche, c’est toujours plaisant de se pencher sur l’épaule de son fils pour lui rappeler que ce qu’on écoute, c’est du Bowie ou Marvin Gaye, et les vannes font souvent mouche.
Le pathos de circonstance est limité. On a certes droit à quelques laïus sur l’amitié et l’importance du groupe, mais là aussi, rapidement écourtés par une vanne qu’on croirait sortie de la bouche des spectateurs qui demandent à ce qu’on zappe ce passage obligé. Malin.

Pari risqué des studios Marvel ? Sûrement pas. Mais un film qui assume son plaisir et sa surenchère, qui procède par amoncellement catastrophiques (l’évasion de la prison, par exemple), s’en sort honorablement dans sa mise en scène (le parcours de la flèche, entre autre) et rend, chose rare, ses personnages, aussi numériques soient-ils, véritablement attachants.

J’aurais pu prendre les rires et le plaisir de mon fils comme alibi, mais soyons honnête : la grande réussite, de ce film, c’est d’avoir réussi à me procurer, souvent, la même jubilation que lui.
Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Comédie, Blockbuster, Science Fiction, J'ai un alibi : j'accompagnais les enfants. et Vu en salle 2014

Le 23 août 2014

185 j'aime

12 commentaires

Les Gardiens de la galaxie
Torpenn
5

Le raton laveur à carreau, l'arbre aux trèfles, le roi des piques et la dame écoeure

Il y a quelque chose d'un peu triste à constater que le plus sympathique des blockbusters de l'été souffre des défauts désormais inévitables dans les grosses productions actuelles et se révèle...

Lire la critique

il y a 8 ans

150 j'aime

68

Les Gardiens de la galaxie
Gand-Alf
8

Unusual suspects.

Désormais omniprésent dans l'industrie du divertissement cinématographique, inondant nos écrans de super-héros en tout genre, Marvel Studios semblait incapable de se renouveler, de prendre le moindre...

Lire la critique

il y a 8 ans

133 j'aime

12

Les Gardiens de la galaxie
Veather
6

Gamora, par amour du goût

Mes éclaireurs, entre autres, ont tous fait de très bonnes critiques, structurées et analytiques. Je ne vois donc pas le besoin d'en faire autant; ainsi vais-je donner mon avis subjectif en disant...

Lire la critique

il y a 8 ans

112 j'aime

57

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

713 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

649 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

580 j'aime

53