👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'avais franchement apprécié le premier opus, sans être transcendé. Personnages hauts en couleur, humour balourd qui fonctionne la moitié du temps, pitch ultra-classique... James Gunn avait au moins eu le mérité d'injecter du fun décomplexé et de l'autodérision dans un MCU dominé par ces culs-serrés d'Avengers.

Je suis sorti du visionnage de ce deuxième opus, certes diverti, mais surtout assommé par tant de guimauve et pensif quand aux intentions du film. C'est donc principalement de cela qu'il sera question dans cette chronique.

Pour le pitch: Star-Lord et sa bande exécutent un contrat pour de riches et puissants employeurs mais se les mettent à dos en essayant de les doubler. Contraints de se poser en catastrophe sur une planète, ils y rencontrent un homme prétendant être le père de Quill.

Pour commencer par le début, la séquence d'ouverture est ultra-bien pensée. Nos héros se bastonnent avec une grosse bébête en arrière plan pendant que baby-Groot nous gratifie d'une danse sur de la musique 80's, évidemment. Tout le fun, tout l'esprit de la série est là. Oui, mais également toutes ses limites. Car à trop s'éterniser, la scène devient banale, voir carrément ennuyeuse.
Et c'est ce qui caractérisera beaucoup d'aspects de ce second volet. Les blagues fonctionnent très bien la première fois, un peu moins la deuxième, ensuite on passe à l'overdose.
Oui, on a compris que les gardiens voulaient briser les codes du blockbuster et assumer leur balourdise. Sauf que c'est pas juste une comédie. On est sensés retrouver un souffle épique derrière tout ça, un intérêt pour les enjeux du film. Du coup, quand on est mis en tension par une scène au tragique désamorcé par la énième répétition d'une vanne, bah on est un peu déçus.
Parmi les vannes qu'il aurait fallu arrêter bien plus tôt, on peut citer: le manque de tact de Drax avec la nouvelle protagoniste, les confusions sur l'espèce animale à laquelle appartient Rocket...
Alors ça n'empêche pas que j'ai pu rire plusieurs fois, et fort. Je donne en vrac (ceux qui ont vu le film comprendront): le clin d’œil de Rocket, les gaffes de Drax, "Taserface", l'anatomie de Kurt Russel, Baby-Groot et la bombe, le ruban adhésif...
Seulement voilà, à force de penser autant le film comme une compilation des la musique des années 1980, les situations se diversifient, se multiplient, et si on peut en retirer quelques pépites, le mauvais goût en domine aussi beaucoup.

Pour parler un peu plus des personnages, les protagonistes principaux sont assez bien écrits et on s'attache véritablement à chaque membre du petit équipage. Passée leur découverte dans le premier volet qui insistait sur l'étrangeté et le caractère hétéroclite de la bande, le second volet réussit le pari de créer de véritables personnages multidimensionnels.
Mais il faut maintenant aborder le thème principal du film : LA FAMILLE. Et vous allez en bouffer, oh oui...
Entre le père (?) de Star-Lord, la sœur revancharde de Gamora, le pirate repenti, vous ingérerez tellement de guimauve et de bons sentiments, de retournements improbables (psychologiquement parlant), que votre fin de film sera clairement gâchée (elle l'a été pour moi).
Et c'est là que la recette "Gardiens de la Galaxie" montre sa limite. De l'humour potache, des situations cyniques, oui. Mais au sein d'une structure et d'un développement bien plus classiques et convenus.
Première conséquence, comme je l'ai dit plus haut: Sur quel pied danser? Doit-on s'impliquer dans les combats, dans les dilemmes, sachant que toute tension sera balayée par un prout (bon, y a pas vraiment de prouts, mais vous m'avez compris), ou totalement abandonner la recherche d'un quelconque attachement à l'intrigue et profiter du spectacle et de la marrade?
Seconde conséquence: A quel degré doit-on lire le film ? Est-ce que le final interminable (servi par la musique, pourtant magnifique, de Cat Stevens) a vocation à moquer les bons sentiments dégoulinants de certains blockbusters ou bien James Gunn assume-t-il pleinement d'intégrer tant de niaiserie à son oeuvre, au premier degré ?
Parce qu'entre le terme central de la filiation, le nombre de fois où on nous sort les violons, les tentatives de nous faire nous attacher à des personnages plus que secondaires (ce pirate qui les aide à la fin, WTF), j'ai quand même eu l'impression que tout ça ne relevait pas juste de la blague.

Alors bien, sur, je n'ai pas boudé mon plaisir non plus. Batailles spatiales impressionnantes, plans séquences maîtrisés et pertinents, on est dans le haut du panier de l'action décomplexée et plaisante (malgré une certaine faiblesse des effets spéciaux, selon moi... volontaire ?).
Le côté "jeu vidéo" ressort bien (notamment à travers les diverses apparences du méchant), au risque de lisser un peu trop certains rendus.
J'ai même été agréablement surpris par le "twist" concernant les desseins du "père" de Quill, malheureusement gâté par la suite des événements,certes fun, mais dénuée de réelle tension.

Pour conclure, je crois que j'avais rarement autant ri et soupiré à la fois dans une salle de cinéma. 6/10 parce que ça reste bien foutu et plaisant à voir, pour peu qu'on ne se pose pas trop la question du degré de lecture.

Les Gardiens de la galaxie Vol. 2
Gand-Alf
8

Fathers and Sons.

Cela faisait un petit moment que je n'avais pas rédigé de critiques. Plus le temps, plus l'envie, plus de vierges se trémoussant devant ma porte (on me signale que ça n'a jamais été le cas... bon),...

Lire la critique

il y a 5 ans

100 j'aime

19

Les Gardiens de la galaxie Vol. 2
Sergent_Pepper
6

Lâche, ose ton fun.

Les productions Marvel ont beau se multiplier et l’univers ne cesser de se ramifier au fil d’opus annoncés comme novateurs, rares sont les chapitres qui créent une véritable attente. Les Gardiens de...

Lire la critique

il y a 5 ans

80 j'aime

12

Les Gardiens de la galaxie Vol. 2
EricDebarnot
5

Papaoutai

Le premier "Gardiens de la Galaxie" avait échappé à mon aversion désormais viscérale envers les productions Marvel, grâce à une certaine légèreté, un décalage assez sain par rapport au cahier des...

Lire la critique

il y a 5 ans

77 j'aime

15

Song to Song
Mr_Step
2
Song to Song

Les vacances de Terrence

Terrence est content. Les studios lui ont donné carte blanche pour aller filmer dans des coins super beaux avec ses potes acteurs super cool. Pis Terrence, il a un chef op du tonnerre, du coup il a...

Lire la critique

il y a 5 ans

122 j'aime

22

Suicide Squad
Mr_Step
3

Critiquer le vide

CRITIQUE LORS DE LA SORTIE EN SALLE C'est un peu de ma faute, j'étais vraiment hypé par le film. J'attendais quelque chose de sombre, déjanté, plus terre à terre que les combats de titans des deux...

Lire la critique

il y a 6 ans

60 j'aime

3

La Vie aquatique
Mr_Step
5

Derrière le hublot

Je persiste avec Wes Anderson. A part le coup de cœur qu'a constitué pour moi "The Grand Budapest Hotel", aucun des films du réalisateur ne m'a vraiment convaincu. Objectivement très bons et bien...

Lire la critique

il y a 4 ans

20 j'aime

3