👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

On va pas tuer un canard, quand même ?

Comme j'ai vu le film en avant première, je ressens une certaine responsabilité en écrivant cette critique, car je veux vous donner envie de voir et d'aimer "Les Géants".
Comme je ne l'ai pas vu à Cannes mais au 3ème weekend du cinéma Belge, j'ai adoré (enfin il n'y a peut être aucun rapport mais je suis étonnée des notes données par les gens qui l'ont vu à Cannes : peut être que la surconsommation de films a joué en la défaveur des Géants, je ne sais pas).

Pour résumer rapidement : deux adolescents et frères se retrouvent livrés à eux mêmes pour l'été quelque part dans la campagne. Pour combler l'ennui, puis pour gagner leur croute, ils vont s'engager dans tout un tas d'aventures/de galères.
On peut trouver ce speech très banal : mais le cinéma déploie autre chose qu'une histoire condensée dans son synopsis. Ici, c'est le traitement du sujet qui rend le film intéressant et original.

Oui, car on n'est pas dans un film d'ados très urbain, très cliché, qui reprend le triptyque habituel "sexe drugs rock and roll" pour montrer une vie adolescente marquée par le trash et l'autodestruction. Au contraire, chez Bouli Lanners, nous sommes dans un conte qui, comme chez Perrault, se déroule dans la forêt, et qui voit apparaître, comme des jalons, des personnages effrayants ou bienveillants. Comme dans un conte, l'enfant est amené à surmonter des épreuves qui lui permettent de grandir.

Ce qui est intéressant également, c'est la diversité des problèmes de l'adolescence qui sont montrées dans ce film. Au centre, la question du lien à la mère, de la famille. Mais sur la route de ces jeunes, vont passer les dangers de la violence et de la maltraitance, de l'errance, de la naïveté ... Les personnages auxquels ils se trouvent confrontés incarnent ces différents dangers par leurs aspects caricaturaux que le très bon jeu des acteurs met en place.

Et puis, c'est un film très drôle, qui fait beaucoup rire, en cœur, toute la salle.
Mais c'est aussi un film triste, dur, qui donne à penser, sans jamais barrer la route de l'espoir : comme dans un conte, il y a une issue pour les "Géants".
Thelonious
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Films vus en 2011 et Les plus belles claques esthétiques

il y a 11 ans

33 j'aime

6 commentaires

Les Géants
takeshi29
8
Les Géants

Et si "Stand by me" était belge ?

Ce qui frappe avant tout chez Bouli Lanners, c'est sa profonde générosité et la manière évidente dont celle-ci rejaillit sur son cinéma. Son évocation de l'adolescence déborde ainsi de tendresse,...

Lire la critique

il y a 10 ans

23 j'aime

12

Les Géants
Sergent_Pepper
8
Les Géants

Banned by me.

Il fallait bien que Bouli Lanners s’attaque à l’enfance : dans sa quête permanente d’authenticité chez les êtres abîmés par un monde qui les dévore, aller chercher du côté de la jeunesse tombe sous...

Lire la critique

il y a 5 ans

23 j'aime

4

Les Géants
-IgoR-
8
Les Géants

L'été dernier

On nous mâche le travail. Depuis une décennie au bas mot, le cinéma nous prend pour des légumes, des disques durs tout justes bons à engranger informations et idées préconçues, prémâchées,...

Lire la critique

il y a 8 ans

21 j'aime

8

Les Géants
Thelonious
8
Les Géants

On va pas tuer un canard, quand même ?

Comme j'ai vu le film en avant première, je ressens une certaine responsabilité en écrivant cette critique, car je veux vous donner envie de voir et d'aimer "Les Géants". Comme je ne l'ai pas vu à...

Lire la critique

il y a 11 ans

33 j'aime

6

La Folle Allure
Thelonious
10

Critique de La Folle Allure par Thelonious

Le folle allure est à mes yeux un livre essentiel, il fait du bien, il soigne, il a le pouvoir de rendre heureux ... Il raconte la vie de Lucie, fille de cirque puis femme écrivain, personnage dense,...

Lire la critique

il y a 11 ans

9 j'aime

3

Nouvelles sous ecstasy
Thelonious
3

Critique de Nouvelles sous ecstasy par Thelonious

Je l'ai lu à treize ans, et je ne sais plus pourquoi, j'ai écrit au crayon après chaque nouvelle un résumé, une "petite critique". J'avais aimé à l'époque. Je l'ai relu il y a peu, à bientôt vingt et...

Lire la critique

il y a 11 ans

8 j'aime