👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

La vie comme elle va mal.Ce film à sketches met en scène les déboires d'un échantillonnage de quadras barcelonais désorientés,désenchantés et plus ou moins dépressifs,confrontés à des problèmes financiers,professionnels,mais surtout amoureux,sentimentaux,sexuels.Il est notable de constater que le réalisateur,en dépit de son patronyme,ait décidé de nous épargner l'inévitable couple homo inséparable de toute comédie générationnelle.Le scénario fait dans la simplicité,chaque segment étant constitué d'une conversation entre deux hommes ou un homme et une femme,le but étant de dresser un état des lieux d'une certaine masculinité post-moderne,puis une scène finale regroupe tous les protagonistes en un même endroit.Ce qui est intéressant,c'est que si l'époque a changé,si la pression sociale diffère,si les codes moraux évoluent,les rapports humains,eux,reposent toujours sur les mêmes bases.En résultent des histoires finalement très classiques exploitant des thèmes connus,aux déroulements attendus et aux dénouements prévisibles.Deux potes s'étant perdus de vue depuis dix ans qui s'aperçoivent que l'un a tout réussi et l'autre tout raté.Un type qui a quitté sa femme pour une plus jeune,s'est fait larguer par sa nouvelle conquête et voudrait revenir chez bobonne.Un cocu qui suit son épouse.Un bellâtre qui drague une collègue de travail qu'il a snobée pendant des années.Deux copains qui reçoivent chacun les confidences de la femme de l'autre.Rien de bien neuf sous le soleil donc.Mais ce qui fait la force du film,c'est le traitement léger et humoristique,plein de recul,qui imprime la tonalité du scénario,ainsi que la fine et excellente écriture de dialogues justes parsemés de silences embarrassés .Et au-delà de ça s'affirme une cruauté qui n'est pas sans rappeler,en mode mineur certes,les films à sketches italiens des années 70.Car ce qui est frappant dans toutes ces historiettes,ce sont les humiliations que subissent tous ces mâles menteurs et lâches.Le raté va devoir accepter les quelques billets que lui file son camarade apitoyé.L'ex de celui qui veut rentrer à la maison lui oppose une fin de non-recevoir sans appel.Le mari trompé finit par réaliser que l'ami à qui il conte ses ennuis conjugaux n'est autre que l'amant de sa femme.Le mec qui veut séduire sa collègue se fait ridiculiser par un plan baise bidon.Quant aux deux loustics du dernier acte,ce que leurs femmes vont leur apprendre l'un sur l'autre les plonge dans la gêne réciproque.Les acteurs,la crème du cinéma espagnol,sont fantastiques et contribuent grandement à la réussite du film.Dommage que la réalisation terne,digne d'un téléfilm,ne permette pas de propulser l'ensemble vers une dimension supérieure.Info bonus:le bouquin délirant dont il est question dans le dernier sketch,ce guide comportemental intitulé "Manuel de psychomagie",existe bel et bien et est l'oeuvre du célèbre réalisateur chilien Alejandro Jodorowsky.

pierrick_D_
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les titres de critiques auxquels vous avez failli échapper

il y a 5 ans

1 j'aime

Les Hommes ! De quoi parlent-ils ?
pierreAfeu
6

Un titre français très con pour un joli film espagnol

Véritable film de vedettes (Ricardo Darin, Javier Camara, Eduardo Noriega...), Una pistola en cada mano (le titre français est ahurissant de débilité) est une variation en cinq actes + épilogue, des...

Lire la critique

il y a 8 ans

1 j'aime

Les Hommes ! De quoi parlent-ils ?
pierrick_D_
6

Critique de Les Hommes ! De quoi parlent-ils ? par pierrick_D_

La vie comme elle va mal.Ce film à sketches met en scène les déboires d'un échantillonnage de quadras barcelonais désorientés,désenchantés et plus ou moins dépressifs,confrontés à des problèmes...

Lire la critique

il y a 5 ans

1 j'aime

L'Exorciste
pierrick_D_
10
L'Exorciste

Critique de L'Exorciste par pierrick_D_

Chris MacNeil,actrice célèbre,loue une maison à Washington où elle tourne un film.Regan,sa fille de douze ans,se met à avoir un comportement relativement bizarre,genre visage qui se déforme et change...

Lire la critique

il y a 2 ans

25 j'aime

13

L'Ours
pierrick_D_
7
L'Ours

Critique de L'Ours par pierrick_D_

Fin du 19e Siècle,dans les montagnes de la région canadienne de Colombie britannique,une maman ourse meurt accidentellement,laissant seul et livré à lui-même son ourson.Le petit est recueilli par un...

Lire la critique

il y a 6 mois

24 j'aime

12

L'Auberge rouge
pierrick_D_
7

Critique de L'Auberge rouge par pierrick_D_

Au 19e Siècle les époux Martin tiennent une auberge perdue dans les monts ardéchois et ont la mauvaise habitude d'assassiner leurs clients afin de les détrousser,avec l'aide de Fétiche,leur...

Lire la critique

il y a 5 mois

23 j'aime

9