Seul contre tous

Avis sur Les Inconnus dans la maison

Avatar Boubakar
Critique publiée par le

Devenu alcoolique à la mort de son épouse, un avocat va devoir défendre sa fille d'un crime survenu dans sa propre maison.
Sur un scénario de Clouzot d'après le roman éponyme de Simenon, que l'on pourrait rapprocher du Corbeau, Henri Decoin est le réalisateur de ce qu'on pourrait appeler un one-man show sur Raimu, lequel est véritablement extraordinaire.

A chacune de ses apparitions, il bouffe véritablement l'écran, et preuve de son talent, il ne montre pas à l'image la caricature de l'alcoolique comme on peut le voir dans des comédies, à savoir à bredouiller son texte ou à tituber. Non, il parait souvent absent, ailleurs, pour montrer que depuis que sa femme a disparu, il n'est plus vraiment là, avec pour seul refuge sa bouteille. Ce sont ces absences qui le rendent touchant, humain, ou alors lors de ses rencontres avec sa fille, qui se reprochent mutuellement de ne s'être pas vus depuis longtemps et qu'il aura fallu cette affaire pour qu'ils se côtoient à nouveau.

Du coup, et c'est le risque quand un acteur s'impose autant, c’est qu'il affadit les pauvres Juliette Faber, Jean Tissier et Marcel Mouloudji. Il suffit de voir sa scène de prétoire, quand il prend à nouveau conscience de ses moyens, pour comprendre pourquoi un homme comme Orson Welles admirait Raimu.
Il est dommage qu'excepté les collaborations avec Pagnol ou Sacha Guitry, la filmographie de Raimu soit si peu disponible, mais en l'état, Les inconnus dans la maison est un très bon film.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 336 fois
2 apprécient

Autres actions de Boubakar Les Inconnus dans la maison