Boston Connection

Avis sur Les Infiltrés

Avatar Docteur_Jivago
Critique publiée par le

Le rythme est effréné, les rebondissements fréquents et on ressent l'étau se resserrant autour des protagonistes dès les premiers instants du film.

Martin Scorsese ne fait pas dans la demi-mesure lorsqu'il décide d'adapter Infernal Affairs, thriller hongkongais du début des années 2000 sublimé par Andy Lau et Tony Leung. Evidemment, il le fait à sa sauce et The Departed n'a pas grand-chose à voir avec son modèle, c'est un film qui porte l'empreinte de Scorsese sur chaque centimètre de pellicule.

Replaçant d'emblée le film dans un contexte qu'il connaît par cœur, à savoir le métissage culturel américain (Boston, l'immigration irlandaise, les revendications des origines …), il commence par présenter efficacement les personnages et là encore il va droit au but. Dès le début on les connait tous, et il peut dès lors se concentrer sur le principal, des âmes qui vont se croiser et dont tout semble indiquer qu'ils vont filer vers un destin funèbre.

La tension est là, l'ambiance est de plus en plus prenante et fataliste alors que Scorsese nous fait ressentir la peur des personnages, chacun ayant peur d'être d'être découvert. Sa mise en scène est impeccable, il rend son film palpitant, on ressent le pouls de chacun des protagonistes lorsqu'il accélère, les dialogues sont aiguisés, de quoi oublier le manque de subtilité autour de la psychologue et de ses intrigues amoureuses. Il ne néglige aucun personnage et, en dehors des deux passionnants principaux, ils sont bien construits, à l'image d'un Jack Nicholson qui prend génialement la relève des tableaux mafieux passés des films de Scorsese.

Il fait de The Departed une véritable fresque, retraçant et mêlant des destins, et poussant ses personnages jusqu'au bout de leur projet, que ce soit par orgueil ou obligation. Les deux protagonistes vivent avec une épée de Damoclès au-dessus de leur tête, liés par un charismatique chef mafieux qui n'en fait de toute façon qu'à sa tête. C'est cru, assez violent et le cinéaste italo-américain se permet même quelques touches d'humour noir qui fonctionnent très bien.

Que ce soit les différentes instances chez les flics, le fonctionnement au sein de la mafia ou les liens entre les deux, tout cela est très bien écrit et tout le monde trouve sa place dans le montage électrique, à l'image de la bande son. Les grands moments ne manquent pas, à l'image d'une filature presque parfaite ou des interrogatoires d'un flamboyant Nicholson. Les comédiens sont parfaitement dirigés, chacun s'appropriant bien son personnage, que ce soit les principaux ou ceux autours, à l'image du duo Martin Sheen / Mark Whalberg.

Martin Scorsese signe avec The Departed une fresque aussi fascinante que passionnante, sanglante et crue, sublimant de remarquables comédiens pour mieux faire ressortir la tension et la fatalité de personnages aux destins semblant funèbres et liés par le sang, la violence et une épée de Damoclès s'agitant au-dessus de leur tête.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 374 fois
27 apprécient

Docteur_Jivago a ajouté ce film à 11 listes Les Infiltrés

Autres actions de Docteur_Jivago Les Infiltrés