Les mauvais joueurs

Avis sur Les Joueurs

Avatar Yocotte
Critique publiée par le

Rounders, Les joueurs en français, ce film m'a marqué, pour un tas de raisons, c'est le genre de film qui symbolise une période de ma vie et un de mes films cultes si ce n'est "le" film culte de mes 18-25 ans. J'ai du le voir 6 ou 7 fois dans cette période, autant le dire tout de suite ce n'est pas le film du siècle mais il a une vraie valeur sentimentale pour moi, je vais donc vous dire pourquoi.

Je l'ai donc découvert en 2006, bien après sa sortie en 1998, à l'époque ou Matt Damon ou Edward Norton n'étaient pas encore très connus.

Pour comprendre ce film et pourquoi je l'ai tant aimé, je reviens rapidement sur la période du milieu des années 2000, dans le monde du poker, ça me semble important d'en parler.

2006, c'est l'époque du boom du poker en ligne et à la TV, avec les WSOP ou le World Poker Tour, présentés à l'époque sur Canal+ par Patrick Bruel (AkA "The Boss" dans le milieu ça pèse un max), et Denis Balbir, qui semblait ne pas comprendre grand chose des parties hyper tactiques menées sur les tables finales des grands événements pas des joueurs de légende comme Doyle Brunson, Phil Ivey, Daniel Negranu, Gus Hansen, Scotty Nguyen et j'en passe... Puis, plus tard (2008-2009 et plus) par Daniel Riolo et Bruno Fitoussi, joueur de poker français reconnu, pour les commentaires des WSOP sur RTL9, des vraies séries dramatiques à suivre, du début du tournoi à la fin, avec des rebondissements, des drames, des éclats de joies, de rires, de larmes, des histoires entre les joueurs, bref, rien à envier aux séries TV les plus poignantes, si tant est qu'on soit un peu fan du jeu.

Donc, j'avais 18 ans, l'age ou tout devient permis, y compris le poker, et le poker sous toutes ses formes.
Parce que le Poker, et notamment le No Limit Holdem, comme dirait Doyle Brunson, c'est la cadillac du jeu de cartes, le seul jeu qui peut t'apporter des émotions de joie, de tristesse, de stress semblables à celles que tu vivras dans les moments les plus importants de ta vie. Et là je parle pas du poker en ligne, mais du poker en vrai, à la table, avec les cow boy et les patrick bruel !! Bon ok j'en ai jamais vu à la table, mais quand même.
Ce film, et mon frère aussi, qui commençait à y joueur quelques mois avant que je m'y intéresse, c'est ça qui m'a réellement donner l'envie de jouer au poker.
J'ai pas mal joué sur internet, puis arrêté complètement depuis quelques années à cause de cette satané de loi ARJEL qui bride les pricepools et le nombre de joueurs en tournoi, quand on pouvait avant jouer avec des milliers de joueurs venus du monde entier.
Mais alors les parties de poker dans les clubs, c'est vraiment quelque chose à vivre, si vous avez appris les bases du jeu bien sur et que vous êtes ne serait ce qu'un peu stratège, car sinon, vous n'y prendrez pas de plaisir, ou en tout cas pas le plaisir que peuvent ressentir des joueurs passionnés. Et le plaisir va souvent de pair avec la frustration, le fameux "bad beat", le mauvais coup, suivi du "tilt", l'art de péter les plombs lorsque l'on se trouve dans une spirale perdante négative. Tout ça on le vit, mais c'est toujours mieux de le vivre dans un club, ou on ne joue pas d'argent, plutôt que d'y laisser ses plumes et son argent dans les casinos, ce que je n'ai jamais fait.
En live c'est le bonheur, tu joues avec des vrais gens avec qui tu peux parler, discuter poker boulot ou chiffons, tu trouves toujours des personnalités "peu communes" à la table, des mecs qui se prennent pour Patrick Bruel, qui disent pas un mot cachés derrière leurs lunettes de soleil et chapeaux. Tu as bien sur les mecs qui viennent en touriste, qui se foutent complètement de la partie et jouent n'importe comment, d'autres au contraire sont à fond dans le jeu et n'hésitent pas à s'énerver et voir même à s'engueuler avec d'autres joueurs lorsqu'ils estiment avoir subit un bad beat !
Enfin bref, le poker en live, je vous le recommande franchement, c'est unique, que des bons moments.

Voilà, j'ai fini mon préambule, qui sera surement plus long que la critique du film ! Que voici.

Les joueurs c'est l'histoire de Mike - incarné par Matt Damon, qui avec son pote Ben Affleck est un joueur de poker assidu et connu dans le milieu depuis pas mal de temps – un petit génie du poker et brillant étudiant en droit, qui va perdre toutes ses économies au début du film dans une partie de poker épique contre Teddy KGB, un ruskof mafioso incarné par John Malkovich, et qui cherchera pendant tout le film à se refaire, sous fond d'histoire d'amour, et d'amitié avec son meilleur pote (Edward Norton) truand et pro dans l'art de truquer les parties de poker.

Le film se concentre principalement sur le dilemne qu'a à subir Mike, entre sa passion destructrice pour le poker et son amour pour sa copine, Jo.

Autant le dire tout de suite, niveau Poker, le film est cruellement à la masse en terme de technique et de niveau de jeu, ce qui se comprend aisément quand on sait qu'il a été tourné en 1998, ou les statistiques et les tactiques étaient encore assez peu développées, et ou seuls quelques joueurs comme Phil Hellmut, Doyle Brunson ou Stu Ungar étaient considérés comme des génies dans leur domaine. La génération internet aura rendu complètement ringard les scènes de parties du film, ou les blindes et les relances sont complètement ahurissantes. On se demande comment la partie jouée entre Mike et KGB aura pu durer toute la nuit à la fin du film, tellement n'importe quel joueur serait parti à tapis au premier coup avec de telles limites.
La fameuse détection des "tells" (les signes du corps ou du visage qui vous trahissent sur votre main), aussi, que pratique si bien Mike, est vraiment too much et tout joueur de poker un tout petit peu érudit y verra ici une grosse supercherie, qui veut bien faire en essayant de mettre en avance les capacités cognitives des meilleurs joueurs, mais qui ne se reflète pas du tout sous cette forme lors de vraies parties. Enfin, peut être qu'à l'époque si, à près tout, pourquoi pas...

Mais alors, si c'est un mauvais film pour apprendre le poker, pourquoi c'est si bien ?

Déjà, ce film est un symbole, c'est le représentant de la génération des vainqueurs des WSOP comme Greg Raymer, Chris Moneymaker, qui ne partent de rien, sans réel talent, pour arriver à décrocher le saint graal, même si pour le coup, Mike en avait du talent, selon ce que nous raconte le film.

Ensuite, l'ambiance instaurée par les musiques Jazz/Lounge et les lieux des parties, que ce soit de gros casinos ou des petites salles lugubres enfumées, donne un vrai cachet au film. Vraiment, on s'y croirait, avec les habitués, les "fish" comme on appelle les pigeons qui viennt se faire plumer, et les "sharks", les gros joueurs qui viennent avec leurs charismes pour ratisser la table.
Le film se paye le luxe de mettre Johnny Chan au casting, joueur de légende et double vainqueur du main event des world séries. D'ailleurs, et c'est assez symptomatique de l'évolution du jeu de le remarquer, Chan, qui était jusque là considéré comme une légende du poker des années 80, n'a pas pu se maintenir au meilleur niveau avec l'arrivée de la génération Internet, et fait plus figure maintenant d'icone que de référence dans le monde de ce jeu. C'est aussi ce qu'on pourrait dire de ce film... Une icone dépassée.

Matt Damon, fervent joueur de poker et son pote Edward Norton, sont très bon dans ce film, obnubilés par le jeu, ne pouvant pas s'en passer, quasiment drogués, c'est un énorme point fort du film, quand on sait que beaucoup de joueurs passionés suivent le même chemin, gagnant et perdant des sommes colossales, mais ne pouvant pas se résoudre à s'en défaire.
Là ou le film perd en crédibilité à cause de sa technique de jeu, il y gagne en réalisme dans ses interprétations des personnages. La fougue et l'addiction de ces deux jeunes joueurs a un contrepoids, c'est John Turturo, qui joue un peu le rôle du parrain, mais le bon parrain, celui qui connait le milieu, qui sait ce qu'il a à y perdre, et à y gagner, et qui au contraire des jeunes se fixe ses limites, et y gagné une stabilité de vie que n'auront jamais nos deux héros. C'est la version "good" de Teddy KGB, le mafieu, qui vit de ça, mais qui cultive son business sur ses à cotés et arrive à la fin du film à arréter les frais, ce que ne sauraient surement pas faire Mike et l'asticot (Norton).

La morale du film, quand on y repense, est assez malsaine, parce qu'elle véhicule l'image du rêve américain dans toute sa splendeur, surtout à la fin du film, que je ne spoilerais pas, mais notre héros semble vouloir franchir un nouveau pallier.
Mais dans la réalité des faits, la vie d'un joueur de poker n'est pas rose généralement, et même si le film nous fais voir des scènes de désaroi d'un parcours de ce genre, il ouvre la fin sur l'optimisme et la poursuite de ce rêve.
Pour certains, ce sera quite à y laisser des plumes, et pour beaucoup, plein de fantasmes jamais assouvis, parce que maintenant, avec plus de 8000 joueurs à l'entrée du main event des world series, il faudra que votre bonne étoile vous suive pendant très longtemps .

Pour Mike, il y aura moins de joueurs on en doute, on ne sait pas ce qu'il deviendra, mais ce plan qui s'ouvre sur les rues de Las Vegas nous laisse présager d'une fin positive.

Un film qui aura marqué une génération de joueurs qui ont ouvert la voie du poker sur internet, à n'en pas douter, avec ses qualités, ses défaults, mais aussi son aura.

Moi, le seul conseil que je pourrais vous donner, si un jour vous avez envie de jouer au poker, c'est, déjà regardez le film (mais ne prenez pas inspiration de leurs techniques), ne jouez pas "comme ça pour le fun", avec des potes, ça n'a vraiment pas d'intêret et vous n'y prendrez pas de plaisir, apprenez à comprendre le jeu, à comprendre pourquoi tel joueur va vous relancer, investissez vous vraiment dedans pendant quelques mois, et après, jouez y en vrai, dans un club, et là vous ressentirez des émotions incroyables.

OST :

https://www.youtube.com/watch?v=W4bSYXYSMF8&index=1&list=PLLzaGYdEteIEqkOOrNs7iypHbfKDkh1bE

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1393 fois
1 apprécie

Autres actions de Yocotte Les Joueurs