Avis sur

Les Maîtres du temps par filmsenvrac

Avatar filmsenvrac
Critique publiée par le

Les maîtres du temps, film de 1982, réalisé par René Laloux

Titre original: Les Maîtres du temps (film français)

résumé: "Allo Jaffar ... J'appelle Jaffar! Ici Claude, réponds! A toi Jaffar ... Jaffar, ici Claude, où es-tu? Tu ne me reçois pas? Je vais enregistrer ce message. Jaffar, ici Claude, je t'appelle de la planète Perdide, hémisphère Nord, 73ème secteur, 16h50 temps universel ... Jaffar, les frelons nous ont attaqué par surprise, ça a été horrible! Annie est morte ... J'essaie d'atteindre la zone des dolongs ... Jaffar, j'ai percuté ... J-je suis coincé ... Je vais envoyer Piel vers les dolongs avec un micro. Porte lui secours je t'en supplie! Fais vite! Par pitié! Adieu Jaffar ... Et merci ... Claude."
Habitants sur la planète Perdide, la famille de Claude est attaquée par des frelons, et sa femme, Annie, est tuée pendant l'attaque. En tentant de fuir avec son fils Piel, Claude a un accident et en meurt juste après avoir pu envoyer à son ami Jaffar un message de détresse pour qu'il vienne récupérer Piel. Il donne ensuite l'émetteur à Piel, qui court se réfugier dans le dolong, forêt le protégeant des frelons. Ce micro sera le seul lien que le petit garçon aura avec Jaffar et son équipage, composé de Silbad, un vieux loubard assez mystérieux, et Matton et Belle, prince et princesse en fuite de leur planète et recherchés. Mais la route jusqu'à Perdide est longue et dangereuse, et Piel n'est qu'un petit garçon, une proie facile pour les Frelons. Cependant, il est en sécurité tant qu'il reste dans le dolong où il s'est réfugié. Oui, mais s'il en sort?

critique:
Film le moins connu de la (petite) filmographie de René Laloux, qui en compte trois, Les "Maîtres du temps" n'en est pas moins une pièce maîtresse du cinéma d'animation français. Comme "La Planète sauvage" son prédécesseur, et "Gandahar", troisième et donc dernier film de René Laloux, ce film est tiré d'un roman de science-fiction de Stefan Wul, "L'Orphelin de Perdide", qui livre déjà à l'origine une base plus que solide au niveau de l'histoire, surtout en ce qui concerne toutes les questions des décors des planètes et des vaisseaux. Et après visionnage de ce petit film (il ne dure que une heure et-quart), il est clair que cette adaptation est plus que réussie, à peu près sur tous les points. A peu près, car comme chacun le sait aucun film ne peut être parfait, et celui là ne l'est pas, subissant quelques maigres défauts. Ou plutôt, un seul défaut, mais assez conséquent.

Sorti sur les écrans français en 1982, "Les Maîtres du temps" est de ce genre de films qui a malgré lui subi les affres de la vieillesse, avec une animation pour le moins vieillotte. En effet, cette animation est pour le moins statique, et lorsque les personnages se mettent à parler, ils font plus penser à des robots qu'à des humains, leurs lèvres bougeant, ainsi un peu que leur mâchoire, alors que le reste de leur visage reste totalement immobile. Et mine de rien, cela est pour le moins gênant. Et dans le même registre, la manière dont les personnages bougent ou se déplacent est par moment un peu trop hachée, robotisée, avec quelques bruitages faisant penser à de vieilles séries Z. Mais celui qui pour ces raisons décréterait que ce film n'en vaut pas la peine aurait bien tort et passerait à côté d'un magnifique moment de cinéma, tant le reste du film est resplendissant de beauté sur tous les points, et tant donc ces quelques défauts savent se faire oublier. Voyons donc maintenant quels sont les nombreux points forts de ce film.

Tout d'abord, l'intrigue. Comme dis en début d'article, le film profite déjà à l'origine d'une armature des plus intéressante, mais ce n'est pas pour autant qu'il ne faut pas souligner l'admirable travail des scénaristes (dont Moebius), qui ont réussit à faire de cette oeuvre littéraire une oeuvre cinématographique à part entière. Ensuite, ce qui frappe en premier lieu, et c'est bien normal pour un dessin-animé, ce sont les dessins en eux-même, tous les personnages dessinés entièrement par Moebius, et d'une qualité impressionnante, animation des dialogues mise à part (ceux qui ont déjà lu une BD de Moebius savent de quoi il en retourne). Et les décors, encore plus fantastiques, sont de véritables oeuvres d'art, chaque plan, chaque séquence, est une merveille pour les yeux. On pourrait presque en fermant les yeux, sentir l'odeur des fleurs, le goût des fruits tous plus farfelus les uns que les autres. Et je dis en fermant les yeux, car le tout est servit par une bande son des plus modernes, littéralement planante, remplie d'émotions et de significations sans pour autant entrer dans un pathos trop présent qui aurait tout gâché et englué. Le tout est donc très justement dosé, comme un plat de fraises que l'on arrête de manger juste au moment où l'on sent que si l'on en prend une de plus, cela gâcherait le plaisir que l'on a eu à manger toutes les précédentes.

Comme beaucoup de réalisateurs, René Laloux est un cinéaste engagé, et s'il a choisit d'adapter ce roman là, c'est bien parce qu'il se prêtait particulièrement bien à faire passer tout un tas de messages plus ou moins philosophiques sur le monde, le rapport des Hommes entre eux, le pouvoir, l'hypocrisie, la méchanceté, ... Mais ces messages ne sont pas assenés de façon lourde et péremptoire, comme c'est (trop) souvent le cas. Non, avec René Laloux, comme dans les films de Miyazaki, les messages ne sont d'ailleurs pas réellement des messages, mais plutôt des interrogations, des pistes de réflexion sur tels ou tels aspects, ce qui rend la chose beaucoup plus douce et acceptable par le spectateur, moins prise de tête. De plus, ces idées, en étant représentées par Jad et Yula (les deux gnomes télépathes les plus attachants jamais croisés dans un film), sont rendues encore plus accessibles au plus grand monde, car énoncées sous formes de dialogues purs, avec des mots simples et presque familiers.

Malgré quelques problèmes dans l'animation, "Les maîtres du temps" mérite donc largement sa place au panthéon des dessins-animés, notamment grâce à des décors magnifiés par une musique pour le moins superbe. Mais le superbe de ce film doit aussi à une philosophie abordable par tous, et au fait qu'il peut donc être regardé à plus d'un niveau de visionnage, ce qui en fait donc clairement un film pour toute la famille: là ou les plus petits enfants verront un beau dessin-animé, servit par une belle histoire avec un suspens bien présent et un dénouement plus qu'inattendu, les adultes eux pourront en plus de cela voir une fable philosophique faisant de ce film bien plus qu'un dessin-animé, un poème animé.

critique écrite par Tagazok

ma note: 18/20

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1723 fois
4 apprécient

Autres actions de filmsenvrac Les Maîtres du temps