Enfantin et expérimental

Avis sur Les Malheurs de Sophie

Avatar alsacienparisien
Critique publiée par le

D'un côté, on a Christophe Honoré à la réalisation, de l'autre Golshifteh Farahani et Muriel Robin au casting et tout ça dans une adaptation du roman pour enfants du XIXème siècle de la Comtesse de Ségur. Drôle de mélange me direz vous ! Dans tous les cas, tout ces ingrédients combinés promettent à première vue un résultat étonnant. Pour ma part, je connaissais également le dessin animé qui passait sur Canal J quand j'étais petit, ce qui suscitait mon intérêt pour cette adaptation cinématographique. Moi qui n'aime pas quand les scénarios sont plats et manquent d'originalité, il faut dire que j'ai été étonné de certains choix de mise en scène, apportant décalage et surprise pour le spectateur. Comme Sophie est une petite fille qui passe son temps à faire des bêtises et par soucis de bienséance surement on a le droit à des petites touches animées, ce qui parait très étrange au début mais ça participe au côté enfantin du film, bien que ça a du faciliter bien des choses pour le tournage. Autre choix étonnant, l'adresse directe à la caméra, fonction narrative, certes, sonnant très faux quand les acteurs en font trop, mais ça permet aussi aux ellipses d'être comprises. Autre point étonnant, la bande originale du compositeur Alex Beaupain qui s'est vraiment fait plaisir, au point d'en oublier le bon goût du spectateur, ça fait plutôt mal aux oreilles ! Après, j'en oublie quelques effets visuels kitsch et un générique de fin qui ne marche pas du tout. Christophe Honoré tartine tous ces effets en tout genre pour en faire un film bon enfant, à l'image de l'héroïne, parsemé de bêtises. Mais on peut pas l'excuser car c'est néanmoins une belle prise de risque ! Bien heureusement, le casting sauve les meubles : les enfants sont très bons et s'en sortent bien avec cette langue de l'époque pas souvent évidente à prononcer et Muriel Robin m'a bien fait rire dans ce rôle de méchante belle-mère. J'ai été un peu moins emballé par l'interprétation de Golshifteh Farahani qui semble peu à l'aise dans ce rôle, presque en manque d'inspiration et Anaïs Demoustier est bien transparente. Le scénario, également, coupe le film en deux parties, une première plus enfantine où les bêtises s’enchaînent et une deuxième plus grave où Muriel Robin sème la terreur, mais ça reste au final bien trop long... En gros, j'ai bien aimé critiquer tous ces éléments surprenants mais en soit, Christophe Honoré s'en tire sans mention.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 173 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de alsacienparisien Les Malheurs de Sophie