Avis sur

Les Migrations de Vladimir par pierrick_D_

Avatar pierrick_D_
Critique publiée par le

Un jeune magouilleur russe poursuivi par la mafia se barre à Paris,où un scientifique le téléporte dans le corps d'un animateur télé,et vice-versa.On reconnait là un sujet classique de comédie fantastique américaine,mais on n'a jamais su faire ça en France,et ce n'est pas cette coprod franco-russe qui va changer la donne.Il s'agit de la première,et heureusement dernière à ce jour,fiction écrite et réalisée par la documentariste libanaise Milka Assaf.Visiblement,c'est pas son truc et elle devrait plutôt se consacrer à d'autres activités,vendre du chocolat au lait par exemple.Sa mise en scène est aussi inerte que le jeu des acteurs,pris au piège d'un scénario débile,est outré.Mais le pire est la prétention de la chose,qui vise la poésie et l'humour pour n'atteindre que la clownerie la plus sinistre.Sans oublier le message,toujours le même,qui stipule que l'immigration,du moins en France,c'est formidable.Il est martelé de façon si grossièrement propagandiste qu'il en devient ridicule.Les immigrés,d'où qu'ils viennent,sont donc tous éminemment sympathiques,et s'avèrent de surcroit beaucoup plus cultivés que ces cons de français racistes.Ce n'est pas forcément ce qu'on constate au quotidien,mais c'est la thèse d'Assaf et de son co-scénariste,qui ne semblent absolument pas se rendre compte que leur discours est justement raciste au possible.Ainsi,d'après eux,les noirs et les arabes sont de bien braves bougres entassés dans des logements insalubres,ce qui ne les empêche nullement de rester joyeux et de faire de la musique.En somme,ce sont des gens un peu cons qu'il faut aider car ils sont incapables de se débrouiller seuls,mais heureusement les gentils progressistes tiers-mondistes sont là pour leur sauver le cul.Avec un zeste de mauvais esprit,on pourrait appeler ça des clichés paternalistes et néo-colonialistes.Quant à la description faite des russes,elle vaut son pesant de caviar gauchisé.Violents,mafieux et bien sûr tous alcooliques,voilà ce qu'on appelle un portrait équilibré de cette communauté.Il est vrai qu'avec eux on peut y aller,on a le droit car ils ne font pas partie des espèces protégées par le politiquement correct.Même quand le script est lucide,tout est tellement exagéré qu'il n'atteint pas sa cible.Il était judicieux de présenter un animateur télé comme un connard inculte,arrogant et obsédé sexuel,mais ce personnage de Victor Lalumière,un nom bien de chez nous naturellement,est si chargé et mal écrit que la satire loupe sa cible.Pour ce qui est des effets spéciaux,il est à peine utile de les mentionner tant on est au-delà du risible.Les auteurs,pour finir,se révèlent incapables de conclure leur histoire,et la manière dont les deux héros récupèrent leur identité n'a pas le moindre sens,tandis qu'une morale bien niaise clôt le désastre,Lalumière trouvant brusquement la lumière et devenant illico un progressiste de choc après avoir vécu dans la peau d'un pauvre clandestin persécuté par les forces de l'ordre.On se paye au passage un vilain politicien réac qui veut fermer les frontières et en plus,quel salaud,vend des mines anti-personnel.On peut sauver la parodie des jeux télévisés stupides et quelques rires provoqués par les réactions des deux types s'adaptant péniblement à la vie de l'autre.Les comédiens,noyés dans la médiocrité de leurs partitions,font tous pitié,à commencer par François Morel et Michel Aumont.Anne Jacquemin,excellente au théâtre et à la télé,confirme que le cinéma c'est pas pour elle.L'acteur russe Grigori Manoukov est un minable de grand standing,et l'infâme Dimitri Rafalsky,fournisseur exclusif du ciné hexagonal en accents popofs,nous sort une de ces performances accablantes dont il a le secret.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 82 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de pierrick_D_ Les Migrations de Vladimir