Une implacable vengeance

Avis sur Les Nerfs à vif

Avatar Ugly
Critique publiée par le

Voir ce film après la version de Martin Scorsese risque de l'handicaper, tout au moins auprès d'un public plus jeune qui peut préférer une version plus moderne, le film peut donc souffrir de cette comparaison, pourtant il n'a rien à lui envier, en tout cas moi j'aime les 2 versions, elles ont chacune leurs qualités et peu de défauts.
C'est un thriller au suspense calibré et à la tension constante, accentuée par un noir & blanc somptueux et surtout la musique de Bernard Herrmann qui réussit une de ses plus brillantes partitions, très ressemblante à certains thèmes qu'il avait développé chez Hitchcock, je pense notamment à ceux de Psychose. Je crois que les 2 atouts de ce film sont sans aucun doute cette musique qui apporte une véritable frayeur, et l'interprétation de Robert Mitchum.
Jack Lee-Thompson plutôt habitué aux superproductions, réussit lui aussi dans un genre qu'il n'a guère abordé dans sa carrière, avec ce thriller tendu, où il retrouve Gregory Peck avec qui il venait de tourner les Canons de Navarone ; ils se retrouveront sur L'Or de McKenna et L'Homme le plus dangereux du monde. Si Peck se montre à son avantage, le film vaut surtout par la prestation de Mitchum qui est totalement ahurissant dans ce rôle de violeur psychopathe ; pour montrer au spectateur que c'est un sale type, le réalisateur introduit son personnage dans un tribunal où il croise une secrétaire en la bousculant, elle renverse tous ses dossiers par terre et il ne s'arrête même pas pour s'excuser, ça vous plante d'emblée le personnage. Alors que dans la version de Scorsese, Max Cady (incarné par De Niro) est un fou furieux tatoué citant la Bible, mais aussi charmeur et taquin, ici Cady-Mitchum est un animal qui fonctionne comme une mécanique de la vengeance, aux instincts vils et primaires et à la froideur inquiétante.
Ce qu'on ne pouvait pas montrer en 1962 sans s'exposer à la censure encore puissante, se compense par un dialogue plus écrit, et une confrontation plus directe entre Cady et Bowden l'avocat qu'il rend responsable de son malheur. Certaines scènes violentes sont volontairement tronquées pour aller à l'essentiel, tout réside dans une tension latente qui culmine dans les dernières scènes dans le bayou. On remarquera enfin dans le rôle du détective, le jeune Telly Savalas alors chevelu.
Un bon thriller qui a peut-être pris quelques rides, mais qui se suit encore sans ennui.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 402 fois
10 apprécient · 3 n'apprécient pas

Ugly a ajouté ce film à 8 listes Les Nerfs à vif

Autres actions de Ugly Les Nerfs à vif