👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Mon dieu, quel profond malaise.

A l’exception du Bibendum qui je dois le reconnaître, m'a bien fait rire, l'angle choisit pour introduire cette histoire m'a mis extrêmement mal à l'aise. J'ai eu l'impression de revivre le cauchemar propagandiste de Les Stagiaires (Google, le film) où les entreprises de la Silicon Valley vantent leur modèle comme le modèle le plus cool et le plus créatif de la planète, tout en nous dépeignant en filigrane ce qui ressemble au moule le plus académique et sordide qui soit, oú l'individu n'existe dès sa naissance que pour convaincre et faire partie de la MegaEntreprise, sorte de Dieu moderne et seule voie possible pour s'accomplir, en se pliant à son jeu et en écrasant son prochain au passage. Mais tout en restant cool, bien sur.

Ensuite l'histoire. Tout cette mise en place aux relents douteux (surtout quand on pense que le film est à destination des enfants) pour en arriver à un conflit de super-héros d'une banalité affligeante ? Un grand méchant aussi caricatural ? Des enjeux dignes d'une cour de récré ? Moi qui en attendais tellement après ce teaser minimaliste, tous ces "et si" potentielles repartent aussitôt dans le néant. On se retrouve littéralement face à un très mauvais épisode de Scooby Doo. Tous les personnages sont là, dans leur bêtise la plus crasse.

Enfin, la direction artistique. J'ai eu l'impression d'assister à un viol. Un viol du Japon par un John Lasseter devenu fou, hurlant "JE TE VEUX, JE VEUX UN BÉBÉ DE TOI !". Accouche un espèce de monstre difforme, qui n'est bien sur pas la fusion naturelle de San Francisco et de Tokyo, un enfant né de l'amour, non, c'est une espèce de "chose" improbable qui s'appelle... San Francyosko. Sorte de Frankenstein urbano-culturel oú se mêlent des pièces rapportées telle-qu'elle, assemblé certainement avec le même scotch dont se sert Baymax.

Quand au manque de crédibilité malgré tout ce contexte qui se veut technologique... C'est hélas, un bien moindre soucis au vu du reste :/
divide
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Transcendance, réalité virtuelle et intelligence artificielle (films)

il y a 7 ans

6 j'aime

Les Nouveaux Héros
Asarkias
4

Les nouveaux Scénaristes : les gars du département marketing ?

Je ne suis pas vraiment quelqu'un de belliqueux. Je n'aime pas descendre une œuvre juste par plaisir. Le problème c'est que Big Hero 6 m'a profondément bouleversé...attendez vous donc à un avis...

Lire la critique

il y a 7 ans

67 j'aime

31

Les Nouveaux Héros
Jambalaya
9

La Grande Aventure Hiro !

Les Nouveaux Héros restera certainement comme un tournant dans la filmographie des studios Disney. Depuis quelques années déjà, les princesses sont bien moins cruches, les héros meurent parfois et...

Lire la critique

il y a 7 ans

66 j'aime

6

Les Nouveaux Héros
Sergent_Pepper
6

Vers Gravity mais en deçà.

La crainte est légitime : Disney ayant dévoré Marvel, le voir intégrer à ses propres films d’animation la franchise peut faire redouter le pire. Des chansons chez les super héros, des cupcakes de...

Lire la critique

il y a 7 ans

56 j'aime

6

XSCAPE
divide
8
XSCAPE

Une parfaite illustration des ravages du loudness war

Entendons nous bien, ma note n'est représentative que de la deuxième partie de la version Deluxe, à savoir les arrangements originaux des chansons, car si je ne devais noter que la première partie...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

3

Les Nouveaux Héros
divide
3

Le Malaise.

Mon dieu, quel profond malaise. A l’exception du Bibendum qui je dois le reconnaître, m'a bien fait rire, l'angle choisit pour introduire cette histoire m'a mis extrêmement mal à l'aise. J'ai eu...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime

Lucy
divide
3
Lucy

Critique de Lucy par divide

Je ne m'attendais pas à quelque chose d'intelligent de la part de Besson, mais je dois reconnaître que j'ai été surpris ! C'était en effet encore plus demeuré et maladroit que ce à quoi je...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime