Insérez ici une blague mesquine sur Kev Adams

Avis sur Les Nouvelles Aventures d'Aladin

Avatar Pod607
Critique publiée par le

Voir un film avec Kev Adams, c'est toujours une expérience.
Alors voir un film avec Kev Adams, en avant-première, en présence de son acteur star, c'est une sacrée grosse expérience.

Puis une bonne grosse énigme aussi : Comment un mec qui ne sait pas parler peut avoir une diction suffisante pour être acteur? Entendre Kev Adams parler, c'est entendre une série aléatoire d'onomatopées juxtaposées saupoudrées d'un cheveu sur la langue, d'un faux accent de banlieue et de la mue d'un enfant de 12 ans, former une phrase intelligible (Mais pas forcément drôle, attention).

C'est aussi une sacrée expérience sociologique : Ça permet de concentrer dans une même salle tout le fleuron de la culture rennaise. Vous savez, 600 personnes qui rient à une blague telle que "La Bretagne, c'est très oriental, y'a même une ville qui s'appelle Lorient", ça laisse des traces.

J'ai même eu peur : J'ai croisé des élèves en allant au cinéma. J'ai été soulagé de voir qu'ils n'allaient pas voir ce film. Tout ce que je leur ai transmis d'esprit critique n'aura pas servi à rien.

L'avant-séance était aussi en présence du réalisateur Arthur Benzaquen (Je vous rassure, même Kev Adams qui a bossé 6 mois avec ne connaît pas son nom -véridique-), qui a toute ma sympathie puisqu'il a lui-même chambré le suscité énergumène sur son hideux jean slim.

Le film en lui-même, partait sur un principe simple : Ils voulaient faire un Mission Cléopâtre, 13 ans après, qui serait plus orienté pour les djeun's. La recette est la même, prendre un personnage de l'imaginaire collectif de plusieurs générations, s'équiper d'une large batterie de comiques/acteurs comiques, aller tourner au Maroc pour donner un aspect superproduction sans en avoir l'air, miser sur des punchlines décalées qui resteront potentiellement cultes ("Il est bizarre ce sol, il est pas palpable")

Sauf que voilà, Alain Chabat et Kev Adams c'est pas le même calibre en termes d'écriture comique. Et on ne rit que quand les comiques les plus expérimentés (Éric & Ramzy eeeet... C'est tout) lâchent une improvisation qui fait penser à la Tour Montparnasse infernale (Ah on se refait pas niveau mauvaises comédies cultes), ou quand Vanessa Guide lâche le "Mais ferme ta gueule" de son texte avec une sincérité touchante. Ou à la limite quand La Fouine fait un bon cameo (Le point culminant de sa carrière)

À part ça (Enfin, c'est pas négligeable, le film comique qui oublie d'être comique c'est un peu handicapant), et c'est plutôt une bonne surprise, le film ne souffre pas de défaut de réalisation majeur. On peut reprocher une utilisation peu judicieuse de CGI/fonds verts encore moins judicieux, là où des décors en bon vieux carton-pâte auraient été moins chers et plus jolis, mais en-dehors de ça, la réalisation tape au niveau de celle de Mission Cléopâtre.

Arthur Benzaquen étant, de surcroît, l'un des acteurs les plus solides de son casting, je suis persuadé qu'avec un peu d'écriture, il aurait été capable de sortir un film bien plus correct que ça.
En espérant que sa première collaboration avec Kev Adams sera la dernière.

Je vais maintenant m'empresser, comme on nous a enjoint de le faire avant la séance, de partager cette critique sur les réseaux sociaux avec le hachetague AladinLeFilm

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 6512 fois
63 apprécient · 4 n'apprécient pas

Pod607 a ajouté ce film à 1 liste Les Nouvelles Aventures d'Aladin

Autres actions de Pod607 Les Nouvelles Aventures d'Aladin