👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Dans le marasme de l’industrie cinématographique française il y a parfois de petits miracles qui se produisent, des OVNI, des films hors de contrôle comme celui-ci. « Les ogres » nous plonge dans la vie tumultueuse d’un théâtre itinérant, on s’y étreint, on s’engueule, on s’aime et on se bagarre… Humainement on est proche du cinéma chaleureux et humaniste de Cassavetes, en moins brut pour ce qui est de la mise en scène. La photographie est soignée , elle met parfaitement en valeur la vie bouillonnante de cette troupe. Parmi eux un beau personnage de dépressif à la Bukowski, joué par Marc Barbé, le grain de sable dans la machine, imprévisible et anarchiste malgré lui, c’est pourtant lui qui fait bouger les lignes, provoque les chocs et finalement remet tout le monde d’accord. Léa Fehner, dont c’est seulement le deuxième film, fait preuve d’une maîtrise incroyable à tous les postes, passant avec aisance d’une émotion à l’autre parfois dans la même scène, sa direction d’acteurs laisse admiratif.

Johannes_Roger
8
Écrit par

il y a 3 ans

5 j'aime

4 commentaires

Les Ogres
eloch
9
Les Ogres

Qu'un seul tienne et les autres suivront

Les Ogres de Léa Fehner est sorti près de sept ans après son premier long métrage Qu’un seul tienne et les autres suivront. Le programme annoncé par ce premier titre pourrait résumer à lui seul cette...

Lire la critique

il y a 6 ans

16 j'aime

Les Ogres
AnneSchneider
8
Les Ogres

Jouer avec le feu

Tout a été dit et écrit, déjà, concernant le formidable appétit de vivre de ces ogres, l'énergie volcanique avec laquelle cette troupe de comédiens ambulants, moitié théâtre et moitié cirque,...

Lire la critique

il y a 6 ans

13 j'aime

6

Les Ogres
Oneiro
8
Les Ogres

Dévorants ogres éperdus

Les ogres sont insatiables, monstrueux, énormes, extravagants, indignes. Les ogres sont bruyants, incontrôlables, marginaux, effarants, indomptés. Les ogres attendent leur heure, au soir venu, pour...

Lire la critique

il y a 6 ans

10 j'aime

5

Premier Contact
Johannes_Roger
7

Critique de Premier Contact par Johannes Roger

Sur un sujet proche, Villeneuve réussit là ou son collègue Nolan avait partiellement échoué sur « Interstellar ». On y parle de l’intime et du collectif, de temps et d’espace, la temporalité étant...

Lire la critique

il y a 5 ans

13 j'aime

2

Le ciel attendra
Johannes_Roger
3

Critique de Le ciel attendra par Johannes Roger

Les bonnes causes ne font pas forcément de bons films. Ici le sujet est traité avec les gros sabots habituels du cinéma français. Scènes tire larmes suivies de leçons de morale ne laissant place à...

Lire la critique

il y a 5 ans

11 j'aime

9

Hondo, l'Homme du désert
Johannes_Roger
7

Critique de Hondo, l'Homme du désert par Johannes Roger

Un bon western classique, conçu initialement pour la 3D. John Wayne y campe un éclaireur métisse, ce qui ne semble pas évident à première vue, mais le bonhomme est tellement à l’aise dans ses bottes...

Lire la critique

il y a 8 ans

11 j'aime