👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Premier film de Tony Scott, Les Prédateurs reprend tout ce qu'il y a de pire dans les années 80. Une mise en scène bourrée de néons et de fumerolles tous droits sortis d'un clip de MTV, une intrigue uniquement prétexte à une démonstration esthétique terriblement datée, un érotisme en toc qui ressemble à un Dorcel des années 90, un montage sans queue ni tête, bref, tout est à l'avenant...
Un film laid, prétentieux et putassier, qui enlaidit tout, même les pièces de Bach, Délibes et Schubert qu'il utilise pour se donner un genre cultivé. Le mythe Deneuve s'effondre en vampire solitaire et frigide, David Bowie surnage... 2 étoiles pour la scène d'introduction, que Tony Scott, en bon pubard, a cru pouvoir étirer sur un film d'une heure 30. Perdu.

FrncsXvr
2
Écrit par

il y a 5 ans

1 j'aime

Les Prédateurs
TheScreenAddict
10

Critique de Les Prédateurs par TheScreenAddict

On se remet très lentement du choc, de l'explosion de sensations qui découle de la contemplation de cet objet rare du cinéma, ce diamant noir plus baudelairien que baudelairien, cette méditation...

Lire la critique

il y a 12 ans

27 j'aime

Les Prédateurs
LeTigre
7

Une œuvre vampirique des temps modernes.

Pour un premier long-métrage en tant que réalisateur, Tony Scott s'est bien débrouillé pour commencer une solide carrière de cinéaste, même s'il a fallu du temps pour que la production soit reconnue...

Lire la critique

il y a 3 ans

24 j'aime

24

Les Prédateurs
Buddy_Noone
7

L'amour est périssable

Depuis le Nosferatu de Murnau jusqu'aux Dracula de la Hammer, le vampire au cinéma aura longtemps été cantonné à l'incarnation du corrupteur et du séducteur, la personnification parfaite du mal. Issu...

Lire la critique

il y a 8 ans

12 j'aime

4

Macbeth
FrncsXvr
2
Macbeth

Hymne à la modernité

Rien ne va. Tout est surfait, surjoué, sur-retouché. Les acteurs "soulèvent comme des porteurs d'eau" leur texte, la psychologie des personnages est bazardée au profit d'effets de manche, la...

Lire la critique

il y a 6 ans