Jailz, Drux 'n Endive...

Avis sur Les Princes de la ville

Avatar The Lizard King
Critique publiée par le

Surfant sur l'aura de l'excellent **American Me** d'**Edward James Olmos** (au sujet très similaire et sorti 2 ans avant), ce **Blood In Blood Out** (expression argotique US propre aux streets-gang, désignant le « dépucelage d'un nouveau membre devant commettre un meurtre initiatique) tente de nous dépeindre - au travers de cette fresque sur l'amitié - , le trafic de drogue ayant cours dans les prisons Fédérales US.

Seulement voilà : **Taylor Hackford** est un WASP (soit un bon Américain blanc pur souche) et sa vision « romantique » sur les Latinos s'en retrouve amoindrie, voire ridiculisée de par ses tentatives d'être "vraie". Le scénario se perd quelque peu dans une description par trop dramatisée, sans compter un casting alternant le correct et le pire.

Pour le correct, on a droit à Ving Rhames (la saga IMF), Tom Towles (Henry: OPoirtrait of a Serial Killer), Benjamin Bratt (Traffic)...

Le pire n'étant autre que l'acteur principal, l'endive mal cuite **Damian Chapa** (**Ken** dans **Street Fighter** 1994, du lourd, quoi!). S'il doit y avoir un miscasting « biblique », c'est bien celui-ci !
Sa crédibilité en tant que « white latino » est au niveau zéro, car non content de ne posséder aucun charisme, il n'a surtout aucun talent. Son « jeu » (si l'on peut encore appeler ça du jeu) est caricatural, outrancier, ridicule, bref, c'est digne d'un acteur au rabais d'un Z quelconque...
Sa tête à claques empêchant toute empathie (ou sympathie ou identification or whatever), il plonge le film dans les abîmes de la nullité, à chaque fois qu'il apparaît à l'image (et croyez-moi, il apparaît souvent dans les 02h53 de métrage!)...

Il est parfois des décisions incompréhensibles, dans le show-bussiness...

Fort heureusement, il y a quand même quelques scènes intéressantes à se mettre sous la dent !
Citons par exemple.quelques scènes détonnant par leur radicalité (

le jeune Juanito claque d'une O.D, à cause de la seringue que son frère Cruzito oublie négligemment sur une table basse,
l'endive Chapa dans les scènes gay...

) mais ça ne suffit pas à élever la qualité de ce film hybride (comédie involontaire/drame/film carcéral) et la longueur du truc n'aide pas non plus...

En résumé, si vous souhaitez voir un film traitant du trafic de drogue dans l'enceinte des prisons QHS/du parcours d'un blanc « latino », jetez-vous sur le puissant American Me (Sans Rémission en VF) du sieur Olmos et n'approchez pas de ce truc bancal et foutraque !

J'en reviens toujours pas que Damian « Endive » Chapa ait pu devenir acteur...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1343 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

The Lizard King a ajouté ce film à 1 liste Les Princes de la ville

  • Films
    Cover IN DA HOOD

    IN DA HOOD

    Ici seront donc listés tous les films ayant traits aux quartiers ethniques aux USA (principalement New York et Los Angeles) et à...

Autres actions de The Lizard King Les Princes de la ville