Affiche Les Séminaristes

Critiques de Les Séminaristes

Film de (2020)

Une obscurité totalitaire

Le noir est blanc très travaillé des Séminaristes, le deuxième long-métrage du slovaque Ivan Ostrochovsky, après Koza, remplit parfaitement sa fonction atmosphérique dans l'obscurité totalitaire de la Tchécoslovaquie du début des années 80. Sur ce plan, le film n'a rien à envier à l'imagerie du Cold War de Pawlikowski. La comparaison qui vaut aussi pour la maîtrise des ellipses, s'arrête là,... Lire l'avis à propos de Les Séminaristes

5
Avatar 6nezfil
6
6nezfil ·

Épie et prie

Pour peu que l’on se soit renseigné, avant de voir Les séminaristes, sur son synopsis et son ancrage historique, c’est, face aux premières images, à une sorte de thriller d’espionnage à l’ancienne auquel on pense d’abord. Une voiture qui roule dans la nuit, un corps mort que l’on sort du coffre arrière, un homme mystérieux à l’air taciturne… Cette impression initiale, tout... Lire l'avis à propos de Les Séminaristes

2
Avatar mymp
6
mymp ·

Un Silence pesant

Dans la filiation d'un Besson, austère, esthétiquement dépouillé et stylisé à l'extrême. Ce film qui a des qualités , lasse par son parti-pris qui n'élucide rien et surtout évite la parole. Cette chappe de plomb qui a régné sur les peuples de l'Est pendant les années communistes est évoquée jusqu'à la nausée par l'absence de vie, d'échanges et de passion. Une immense résignation qui étouffe... Lire la critique de Les Séminaristes

2 2
Avatar LADYA
5
LADYA ·

Une insidieuse oppression.

Nous sommes en Tchécoslovaquie dans les années 70, le mur de Berlin n'est pas encore tombé. Dans la grisaille d'une période que l'on a déjà un peu oubliée, dans un pays où il était difficile d'exprimer ses convictions religieuses, ou plus simplement ses opinions, des jeunes gens se destinent à la prêtrise. Deux camarades arrivent au centre de formation des séminaristes et découvrent le... Lire la critique de Les Séminaristes

Avatar Jihel
7
Jihel ·