Les clichés ont la vie dure !

Avis sur Les Trolls 2 : Tournée mondiale

Avatar bestboi
Critique publiée par le

Les Trolls 2 prend apparemment place dans le Dreamworks Cinematic Universe, à en juger par l'animation d'introduction à la MARVEL qu'on nous ressort à toutes les sauces en ce moment. Commençons par les points positifs : Les Trolls 2 est un petit film sympa. Il est franchement beau, bien rythmé, l'animation est propre et le design "patchwork coton" a un côté Little Big Planet qui marche particulièrement bien. L'environnement est assez fou, les décors et les visuels sont vraiment cool. Et la morale de l'histoire aurait pu être très bien amenée. Mais ? Parce qu'il y a toujours un "mais".

Pourquoi est-ce que je suis un peu fâché avec ce film ? Maintenant on va entrer dans le vif du sujet.
Les Trolls se battent pour récupérer les cordes de la musique ! Parce que les Trolls c'est super fun, ils font la fête tout le temps et ils écoutent de la vraie musique qui fait danser, parce qu'on nous apprend que la vraie musique c'est la POP et que la vraie musique ça ne sert qu'à bouger son cul sur un boom boom clap. Du moins c'est ce que pensent les Trolls avant de se rendre compte qu'il existe d'autres styles musicaux que la POP ! (wow)

Là où le film patine un peu, c'est qu'il essaye de représenter tous les styles musicaux, avec leurs univers, leurs styles vestimentaires et leurs influences sur le monde. Mais du coup ... Bah les RAP ont des lunettes bling-bling, les CLASSIQUE ont tous une énorme coiffe et un costume 3 pièces, tout le monde s'accorde à dire que le "JAZZ D'ASCENSEUR" est chiant à mourir et les ROCK ? Bah les ROCK c'est forcément les méchants de l'histoire parce qu'ils sont énervés tout le temps ! Ils cassent tout ! Ils mettent le feu ! (et je suis presque sûr qu'ils doivent même dire des gros mots).

La morale de l'histoire jongle un peu et se raccroche à la fin comme elle peut. Elle soulève un beau message de tolérance et d'acceptation de la différence. Poppy souhaitait unifier le monde mais finit par comprendre qu'il faut juste accepter que les autres peuvent être différents et il faut simplement l'accepter et être fier de ses différences.

Ce film marche vraiment sur un fil et le moindre coup de vent le fait basculer dans la peinture grotesque des genres musicaux pour nous faire oublier le message qu'il essayait de véhiculer. Mais au final il nous lâche un triple axel figure inversée 360 no flip break et atterrit comme une fleur avec ce beau message d'amour. Mi-convaincu, mi-ennuyé et mi-bon c'était quand même joli ?

MENTION SPÉCIALE : Poppy qui se prépare le matin et ... se rase les jambes ! Franchement celui-là était culotté. Aucun Trolls n'a de poils aux pattes mais ils ont tout de même fait un plan focus de 1 demi-seconde sur Poppy qui passe un coup de rasoir sur la jambe ?? C'était la demi-seconde de trop qui m'a fait tilt et n'a franchement rien apporté ni au personnage ni à l'histoire. Monsieur Dreamworks si vous voyez ça go mp m'expliquer svp

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 31 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de bestboi Les Trolls 2 : Tournée mondiale