👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Los golfos (Les voyous en français) est le premier long métrage de Carlos Saura. Le film a été tourné entièrement en décors naturels avec des acteurs non-professionnels, à la manière des films néoréalistes italiens et le résultat est à la hauteur des prestigieux maitres d'outre-méditerranée.
Bien loin de l'Espagne de pandereta qu'à la même époque promeut dans le monde entier la série des Joselito (le petit chanteur à la voix d'or), Carlos Saura nous montre la vie d'un groupe de jeunes habitant dans cette zone de la banlieue qui hésite entre urbanisation et campagne et où vivent pauvres et déracinés. On y voit aussi le Madrid des années cinquante, images saisissantes par exemple de la fourmilière humaine du marché de gros de Legazpi.
Juan, l'un des protagonistes du film, veut devenir matador. Tout le film se construit autour de ce projet qui va fédérer le groupe et alimenter les rêves de richesse de chacun. Il s'agit de trouver l'argent qui va permettre à Juan de débuter sa carrière. Pour réunir la somme demandée par des organisateurs peu scrupuleux, tous les moyens - surtout les pires - seront bons.
La novillada finale (corrida avec de jeunes toros) et la mort du toro, filmées sans complaisance, peuvent être vues comme la métaphore de la difficulté pour les artistes de parvenir à leurs fins. Carlos Saura en sait quelque chose qui tourna avec peu de moyens et dut se débattre avant et après le film, avec la censure franquiste. Finalement, le film sera montré au festival de Cannes où il fut apprécié mais il ne sort sur les écrans espagnols qu'en 1962, de manière très confidentielle et amputé de dix minutes. Les mécanismes de la censure du régime franquiste sont bien mis en lumière dans le bonus du dvd.

Guitarrero
7
Écrit par

il y a 5 ans

2 j'aime

Les Voyous
6nezfil
5
Les Voyous

Matador périphérique

Il y a dans l'histoire du cinéma espagnol sous Franco quelques films étonnants, signés Bardem ou Berlanga, par exemple, et le premier long-métrage de Carlos Sauras apparait lui aussi comme une...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1 j'aime

Terre sans pain
Guitarrero
9

Critique de Terre sans pain par Guitarrero

Las Hurdes (Terre sans pain) est un film documentaire (le seul dans l'œuvre de Buñuel) qui montre la misère d'une région d'Espagne située en Estrémadure. Il a été financé par Ramon Acin, un...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime

Après-midi de taureaux
Guitarrero
7

Tarde de toros en Madrid

Trois matadors s'affrontent dans les arènes de Madrid. La vieille gloire (Domingo Ortega), le torero de moda (Antonio Bienvenida) et le jeune espoir (Enrique Vera). L'enjeu de la corrida est non...

Lire la critique

il y a plus d’un an