La vérité est ailleurs

Avis sur Les documents interdits

Avatar JimBo Lebowski
Critique publiée par le

Il suffit de lire le pitch de ce film pour se jeter dessus, sincèrement j’adore l’idée et je dois dire que j’ai été convaincu au bout de quelques minutes, le réalisateur Jean-Teddy Filippe assemble dans les années 80 douze faux documentaires relatant des phénomènes paranormaux et/ou inexpliqués, tous filmés avec des moyens primaires, cela avait pour but de sensibiliser les spectateurs au pouvoir et à l’impact de l’image dites "amateur" et des contres-vérités qui en découlait via l'outil télévisuel.

Moi qui tournais en rond pour dénicher de vrais bons "found-footage" en voilà enfin un qui me comble entièrement, il aura fallu piocher antérieurement à l’époque du choc qu’à été le Projet Blair Witch à la fin des années 90 qui semblait tellement réaliste et qui avait à mes yeux tout compris en ce qui concerne l’introspection du public sur le format cinéma, en plus en plein avènement de Big Brother. Ici le contexte est encore différent puisqu’à la fin de la décennie eighties je pense que les gens étaient beaucoup plus influençables qu’aujourd’hui, désormais avec la démocratisation d’internet et des décryptages de toutes sortes nous pouvons débusquer un fake en un claquement de doigt, tout doit être rationalisé, analysé, synthétisé, il n’y a plus de place au doute, quoi qu’il puisse subsister quelques contre-exemples. Personnellement je trouve séduisant de garder une part de mystère dans ce monde, cette parcelle d’innocence que nous avons tous (enfin j’espère), il n’y a rien de plus fascinant que de rester figé par l’imperceptible, tout en gardant une certaine relativité évidemment, et en voyant ces Documents Interdits cela fait ressentir quelque chose de magique d’un certain sens.

Je me souviens lorsque j’étais gosse de l’émission Mystères diffusée sur TF1 qui avait sensiblement le même but, c’est à dire de nous montrer des faux documentaires, mais à l’inverse eux tentaient de nous les faire gober au premier degré, et à l’époque ça fonctionnait sur moi, et je crois même sur une majorité d’adultes qui n’avait à mon avis pas le recul nécessaire aux vues de telles images, reconstitutions ou prises de vue volées pour réellement faire la part des choses, il faut dire que c’était très convaincant car on nous balançait ce que nous avions envie de voir. Et quand je revois ces mêmes épisodes aujourd’hui je me tords de rire, le format média a tellement évolué et nous avec que le poids des images est devenu complètement obsolète, d’1 parce que c’est kitsch et de 2 parce que tout a été désacralisé par la télévision et le cinéma, il n’y a plus de place pour le premier degré, je vous invite d’ailleurs a aller jeter un coup d’œil sur certaines vidéos si vous voulez vous en payer une bonne tranche. Il est même d’ailleurs possible que l’émission se soit directement inspirée de ce film.

Pour revenir à ces Documents Interdits ce qui est avant tout intéressant, et ça on le remarque dès le début, c’est le ton extrêmement glaçant du narrateur, par exemple lors du premier segment on est cueillit à froid sur un bateau en pleine mer, l’image est en noir et blanc, c’est filmé très sommairement, nous ne sommes pas dans des codes fiction (et pourtant ça l’est), le principe n’est pas de nous présenter un scenarii mais bien de tenter de nous relater un "fait établit", la voix off permet de retranscrire ce sentiment incroyablement réaliste qui concorde avec le cadre, car au final tout n’est que très peu montré, le paranormal n’intervient que furtivement ou par le biais de la suggestion. Enfin plus ou moins, car si il y a bien un défaut sur ce film c’est qu’il ne résiste pas à l’envie à certains moments de vouloir trop mettre en scène, et c’est un peu maladroit, notamment lors de la partie sur la sorcière où la caméra filme vraiment ce que l’œil a envie de voir, de même les épisodes sont un peu inégaux, certains sont géniaux (Le plongeur, Les fantômes, Le naufragé, Le pique-nique, Le cas Ferguson) d’autres moins (Les Crown filment les Young, Le fou du carrefour, La sorcière, La Sibérie), c’est le lot commun des "films à sketchs", il n’échappe malheureusement pas à la règle. Mais globalement c’est vraiment scotchant, à part peut être l’ultime segment qui sonne vraiment un peu trop ridicule, sans doute un moyen détourné de désensibiliser le spectateur, un peu comme le final de Opération Lune.

Pour ma part ce visionnage aura été très plaisant, je pense que c’est un film concept qui doit se regarder entre la frontière du premier du second degré, se laisser immerger, inutile de dire qu’il ridiculise tous les "found-footage" que l’on voit depuis quelques années, je pense d’ailleurs que les cinéastes devraient s’en inspirer pour tenter quelque chose et rebooter ce schéma, lâcher une bonne fois pour toute le déploiement de technique et retrouver un cadre brut, quitte même à ce que l’ont connaisse à l’avance la supercherie mais qu’on ai un truc qui tienne la route dans l’intention.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 593 fois
14 apprécient

JimBo Lebowski a ajouté ce film à 4 listes Les documents interdits

Autres actions de JimBo Lebowski Les documents interdits