Affiche Liaisons secrètes

Critiques de Liaisons secrètes

Film de (1960)

I Want to Break Free

Parmi les sujets de prédilection du monde du cinéma, celui de la liaison adultérine est incontestablement l'un des plus forts. Drame intime, passionnel, s'inscrivant dans une réalité reconnaissable par tous, le sujet est également propice à une réflexion portant sur ses choix de vie ou ceux de la société. Et à cet exercice, certains réalisateurs s'en sortent mieux que d'autres, surtout à une... Lire la critique de Liaisons secrètes

16 5
Avatar Kalopani
7
Kalopani ·

Les liaisons secrètes ou la déconstruction de la famille modèle

Eclatement du noyau dur Les liaisons secrètes (Richard Quine, 1960) est l'approche, cette fois-ci, d'une tentative de s'extraire du monde, par le seul moyen de la pratique de l'adultère. Le film mise à lui seul sur la déconstruction complète du cocon confortable et sécurisant qui caractérise la famille. Derrière sa façade à l'image granuleuse et colorée, aux... Lire la critique de Liaisons secrètes

8 1
Avatar Lunette
8
Lunette ·

Critique de Liaisons secrètes par Teklow13

Plus j’explore l’œuvre de Richard Quine, plus je la trouve grande et passionnante. Passionnante en particulier pour la récurrente mise en relation d’un double trouble, sexuel et professionnel. Chez Quine il est toujours question de sexe, sentiment toujours planant au-dessus des personnages, mais c’est aussi et souvent l’élément clé de l’intrigue de ses films. Et il y a toujours un mouvement... Lire la critique de Liaisons secrètes

6
Avatar Teklow13
9
Teklow13 ·

Tout ce que le ciel permet !

Bien avant David Lynch, Sam Mendes, Todd Haynes ou même Tim Burton, Douglas Sirk, sous des gros effets mélodramatiques et une mise en scène sophistiquée et chatoyante à l'extrême, l'air de rien, avait commencé à critiquer les éternelles banlieues américaines qui, sous une apparence lisse et proprette, sont... Lire la critique de Liaisons secrètes

5 3
Avatar Plume231
8
Plume231 ·

Strangers when we meet

On est en 1960, le fantaisiste Richard Quine s'assombrit et signe avec "Strangers when we meet" une chronique ordinaire façon Douglas Sirk, la trivialité en plus. Tact inouï, histoire de coeurs et histoire de corps, sens du cadrage, Kim Novak sublimissime en romantique charnelle : assurément son plus grand film. Lire la critique de Liaisons secrètes

2 2
Avatar jeffrey beaumont
10
jeffrey beaumont ·

Insensible au secret?

Si l'affiche était belle, le résultat final est décevant. Certes, certaines scènes sont vraiment intenses et assez émouvantes. Certes, certains plans sont d'une grande beauté et savent capter notre attention. Certes, le lien entre Kirk Douglas et Ernie Kovacs est convaincant. Pourtant, l'ennui est presque ce qui prédomine. Que ce soit la relation Douglas - Kim Novak ou des différents... Lire la critique de Liaisons secrètes

2
Avatar Caine78
5
Caine78 ·

Décharges de désir

S’agissant de mélodrames en scope et Technicolor, il n’y a pas que Douglas Sirk et Vincente Minelli. En 1960, le trop peu connu Richard Quine signait avec Strangers When We Meet (trop prosaïquement traduit par Liaisons secrètes) un modèle du genre, «une remarquable étude de l’adultère, très tragique sous des dehors délicats», comme le notent très justement Coursodon et... Lire l'avis à propos de Liaisons secrètes

Avatar SteinerEric
8
SteinerEric ·

Socio-mélo

En pleine époque puritaine où la femme au foyer brille par la soumission et fidélité à son mari, Quine ose briser cette image lisse et aseptisée du couple, ouvrant la porte à une nouvelle organisation de la famille où le plaisir personnel prime sur le bien-être collectif. En effet jusque-là peu s´étaient essayé à cet ébranlement de l´intouchable cellule familiale, encore moins à... Lire l'avis à propos de Liaisons secrètes

Avatar Marlon_B
6
Marlon_B ·