👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Un écrivain raté entre un possession d'une drogue qui décuple les capacités du cerveau.Il connait alors une foudroyante ascension et devient un génie de la finance.Mais les effets du produit sont limités dans le temps et son stock n'est pas inépuisable.D'autant plus que d'autres effets,secondaires ceux-là,ne tardent pas à apparaître et se révèlent indésirables.Ce thriller survitaminé,cynique et amoral semble avoir largement inspiré Luc Besson au moment d'écrire "Lucy".Doté d'un scénario malin qui tient la distance,il doit beaucoup à la réalisation tonique de Neil Burger qui parvient,sans en faire trop,à traduire visuellement les effets de la drogue.Images stroboscopiques,zooms avant furieux,démultiplication des sensations des personnages,le spectacle est au rendez-vous.Ce qui n'empêche pas le film d'être riche en thèmes traités.Les méfaits de la came bien sûr,euphorisante au début,puis addictive,puis destructrice.La propension,très moderne,qu'ont les humains à abuser de substances toxiques afin de pallier à leurs insuffisances,car le dopage n'est pas l'apanage des seuls sportifs.La puissance de l'intelligence qui,bien utilisée et poussée à son maximum,peut ouvrir toutes les portes.La puissance de l'argent qui,dans notre monde,permet de tout se procurer,y compris des choses inaccessibles au commun des mortels.La difficulté à garder le contrôle de soi-même,à ne pas se laisser déborder par son ambition,sa réussite,sa violence,à savoir se fixer des limites.L'insatisfaction inhérente à l'homme,qui en veut toujours plus,quoi qu'il ait.Les personnages dansent ainsi un bien curieux ballet chorégraphié par ce produit miracle qui synthétise,en plus des molécules,tous leurs désirs et leurs fantasmes de réussite.Bradley Cooper est extraordinaire dans le rôle principal,se donnant à cent pour cent et magnétisant la pellicule.On peut juste regretter qu'autour de lui la distribution soit très faible.Même Robert De Niro apparait en petite forme et nous gratifie de mimiques un peu trop vues.

pierrick_D_
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste le meilleur film

il y a 6 ans

3 j'aime

1 commentaire

Limitless
Dardefion
4
Limitless

Eloge du toc

L'usage d'un mythe urbain riche de potentialités se transforme entre les mains de Neil burger en un divertissement tape-à-l'œil, facile et creux. Ecrivain sans le sou, tirant sa flemme de gamineries...

Lire la critique

il y a 11 ans

37 j'aime

3

Limitless
drélium
6
Limitless

Wall Street sous coke

C'est pas fin, clipesque déjà périmé (les zooms fractals mouhou), bourré de raccourcis en mousse avec voix off omniprésente, frimeur, plein de cratères allègrement enjambés, De Niro aurait pu jouer...

Lire la critique

il y a 10 ans

33 j'aime

3

Limitless
guyness
4
Limitless

NRV

Je ne suis pas coutumier de ce genre de critique, mais le film ne mérite pas vraiment beaucoup plus. C'est l'histoire d'une pilule (NZT) qui développe énormément les facultés du...

Lire la critique

il y a 10 ans

30 j'aime

1

L'Exorciste
pierrick_D_
10
L'Exorciste

Critique de L'Exorciste par pierrick_D_

Chris MacNeil,actrice célèbre,loue une maison à Washington où elle tourne un film.Regan,sa fille de douze ans,se met à avoir un comportement relativement bizarre,genre visage qui se déforme et change...

Lire la critique

il y a 2 ans

25 j'aime

14

L'Ours
pierrick_D_
7
L'Ours

Critique de L'Ours par pierrick_D_

Fin du 19e Siècle,dans les montagnes de la région canadienne de Colombie britannique,une maman ourse meurt accidentellement,laissant seul et livré à lui-même son ourson.Le petit est recueilli par un...

Lire la critique

il y a 6 mois

24 j'aime

12

L'Auberge rouge
pierrick_D_
7

Critique de L'Auberge rouge par pierrick_D_

Au 19e Siècle les époux Martin tiennent une auberge perdue dans les monts ardéchois et ont la mauvaise habitude d'assassiner leurs clients afin de les détrousser,avec l'aide de Fétiche,leur...

Lire la critique

il y a 5 mois

23 j'aime

9