👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C’est l’histoire d’une fleur, ou plutôt de fleurs, belles et rouges. Et étranges. Créées et développées par des scientifiques, ces fleurs, nommées Little Joe, sont censées avoir des effets thérapeutiques sur l’être humain en le rendant plus heureux, plus apte au bonheur. Mais elles libèrent également un pollen qui semble le changer, imperceptiblement, le rendre distant et insensible, uniquement préoccupé par ces fleurs qu’il soigne et protège, et propage. Chez Alice, l’une des scientifiques à l’origine de ces fleurs (et dont le fils a été "contaminé" par l’une d’elles), un doute émerge, une évidence se fait jour (ou serait-ce le fruit de son imagination ?) : sa création serait-elle en train d’évoluer dangereusement, de prendre le contrôle sur sa propre existence en soumettant l’être humain à ses volontés de survie et de développement ?

D’abord complètement intrigant avec son ambiance feutrée pop minimaliste (décors épurés, couleurs et costumes pastels, plans géométriques, musique abstraite…) et son histoire singulière de fleurs inquiétantes, Little Joe finit rapidement par tourner en rond et ne plus savoir quoi dire, comme laissé à l’abandon, vidé de son potentiel et de ses aspirations. Les femmes et les hommes deviennent dénués d’émotions, indifférents à tout, absents souvent, et ? Et rien. Le scénario se satisfait de ce simple postulat sans en étoffer son cheminement ni les thèmes qu’il paraît vouloir aborder, limitant la nature du film à une fable guindée et pince-sans-rire au goût d’inachevé.

Est-ce la parabole d’une société qui ne laisse plus de place au libre arbitre, à la contestation et à l’altruisme ? D’une uniformisation (une déshumanisation) de l’individu au profit d’une norme, d’une masse dénuée d’empathie et de résistance ? Est-ce le cauchemar éveillé d’une femme à la maternité troublée, qui sent son fils grandir et lui échapper ? Tout cela peut-être ? On finit par s’en moquer tant Jessica Hausner, ancienne disciple de Michael Haneke, peaufine sa mise en scène, fignole son décorum, mais en oublie d’approfondir ses sujets et les interrogations qu’ils suscitent (et passant même à côté de nombreuses scènes qu’elle aurait pu transformer en grands moments d’angoisse, voire de cinéma). Et puis que dire de ce prix d’interprétation cannois pour Emily Beecham (convaincante sans plus) que l’on a vraiment du mal à comprendre, quand Virgnie Efira, Léa Seydoux, Sara Forestier, Valerie Pachner, Adèle Haenel ou Noémie Merlant le méritaient, elles, haut la main ?

mymp
5
Écrit par

il y a 2 ans

6 j'aime

Little Joe
Rolex53
6
Little Joe

Parfum Sauvage

C'est un beau film, plein de nuance très effrayante, avec une Actrice Emily Beecham remarquable, dans un rythme lent, idéal pour la pousse de cette jolie fleur, dont-ils ne se sont pas assez méfié,...

Lire la critique

il y a plus d’un an

14 j'aime

Little Joe
Electron
7
Little Joe

Oh happy days !

Alice (Emily Beecham) travaille dans le laboratoire d'une entreprise qui fournit des plantes très travaillées à des établissements qui ne manquent certainement pas de moyens financiers. Concrètement,...

Lire la critique

il y a 3 ans

11 j'aime

1

Little Joe
Jduvi
7
Little Joe

Paradis artificiel

Ce qui frappe en premier lieu dans Little Joe, c'est le jeu sur les couleurs. On peut adorer ou détester, mais il y a là incontestablement un part pris esthétique, ce qui, pour moi, est toujours le...

Lire la critique

il y a 2 ans

9 j'aime

Moonlight
mymp
8
Moonlight

Va, vis et deviens

Au clair de lune, les garçons noirs paraissent bleu, et dans les nuits orange aussi, quand ils marchent ou quand ils s’embrassent. C’est de là que vient, de là que bat le cœur de Moonlight, dans le...

Lire la critique

il y a 5 ans

170 j'aime

2

Seul sur Mars
mymp
5

Mars arnacks!

En fait, tu croyais Matt Damon perdu sur une planète inconnue au milieu d’un trou noir (Interstellar) avec Sandra Bullock qui hyperventile et lui chante des berceuses, la conne. Mais non, t’as tout...

Lire la critique

il y a 6 ans

157 j'aime

25

Mektoub, My Love : Canto uno
mymp
4

Pâté en croupe

Abdellatif Kechiche, depuis La vie d’Adèle, semble désormais devenu plus clivant que jamais (La vénus noire présageait déjà de la chose) et susciter la controverse au moindre de ses mouvements. Les...

Lire la critique

il y a 4 ans

146 j'aime

21