Little Joe : Les fleurs du mal.

Avis sur Little Joe

Avatar Teslax
Critique publiée par le

Il est compliqué aujourd'hui de voir une idée originale dans le cinéma d'angoisse. Pourtant quand on parle du genre, les possibilités semblent être quasiment infinies car beaucoup de choses peuvent être anxiogène pour une majorité d'individus. Alors l'un des candidats dans festival de Cannes semblent apporter sa petite pierre à l'édifice de ce style avec «Little Joe». Réalisé par J. Hausner qui n'a pour l'instant pas fait de film si exceptionnel, l'histoire nous raconte le travail de Alice, une phytogénéticienne qui fabriqua avec son équipe une plante capable d’insuffler le bonheur à quiconque respire son pollen... Mais cette plante ne va bien évidemment pas être si inoffensive que cela... Alors que vaut donc ce film qui a l'air d'apporter quelque chose de neuf dans le genre ?

«Little Joe» est un film qui a l'ambition de vouloir apporter quelque chose d'original au cinéma... Mais malheureusement, le film se plante sur beaucoup d'aspect. En effet, le film possède un sujet très intéressant puisqu'il tente de nuancer ce que l'on voit (on se demandera durant tout le film si les gens changent à cause de la plante ou tout simplement à cause d'Alice tout simplement), mais tout va être rapidement laissé de côté pour ainsi ne laisser aucune place au doute. Nous avons également ce principe avec la fleur comme antagoniste qui est rarement exploité dans le cinéma. Là encore, c'est un échec puisque tout est fait de façon à ce que l'on considère la plante comme secondaire dans l'histoire. Nous avons ainsi un scénario qui est extrêmement bancale dans ces idées jusqu'à un finale qui est à la limite du ridicule tant on ne raconte rien avec cette scène tout simplement nanardesque. Les acteurs n'aident pas forcément non plus puisque le job est ici de montrer à quel point il n'y aucun trouble expressif. Ce qui fait que des acteurs qui ne sont pas forcément mauvais comme B. Whishaw, mais qui vont malheureusement être complètement perdu dans leur rôle. Nous en avons d'autre comme le jeune K. Connor qui n'arrive pas gérer entre son personnage et ce qu'il doit véhiculer (on pense à la scène où il rit avec son amie qui est assez ridicule). Enfin, la musique se veut certes originale, mais ce n'est pas un argument pour ne pas dire qu'elle tout simplement horrible, entre son strident désagréable est remix de bruit de nettoyage de vitre (ce qui est à peine subtile puisque c'est parfois en huis-clos autour de vitre que l'on entend cette musique), la musique est l'un des grands points faibles.

Néanmoins, «Little Joe» possède quelques points positifs à l'image de l'actrice E. Beecham qui sauve le film grâce à sa bonne performance dans le film. Nous avons également un effort sur la mise en scène qui est visible est qui fait du bien dans un récit qui peine à aller au bout de ces idées. Nous avons ainsi de très jolis plans qui montre alors que cette réalisatrice est capable de belles choses à l'image de la scène où l'on a ce plan d'ensemble sur les fleurs qui démontre de l'omniprésence de cette menace.

«Little Joe» restera néanmoins un gâchis quand on voit ce qu'il aurait pu être avec un tel sujet. Au lieu d'avoir une profondeur, le film trébuche sur chaque passage où l'on devrait se poser les bonnes questions. Alors malgré quelques très bonnes idées visuelles, le film n’arrive pas à être immersif ou même angoissant envers le spectateur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 118 fois
2 apprécient

Autres actions de Teslax Little Joe