Advertisement

Cowboy des Caraïbes

Avis sur Lone Ranger : Naissance d'un héros

Avatar Mugen
Critique publiée par le

Cet été 2013 nous a fourni son lot de blockbusters hollywoodiens plus ou moins bons. Je pourrais venir cracher mon fiel sur Man of Steel, laisser exploser ma joie sur Pacific Rim ou tout simplement vous parler du film que j'ai préféré et qui à mon avis mérite vraiment toute votre attention malgré ses quelques maladresses.
Oui moi mon film de l'été 2013 c'est Lone Ranger, et je vais vous expliquer ça très simplement.

On sent chez Disney une volonté de se concentrer sur ses deux énormes licences récemment acquises : Marvel et Star Wars. Les autres films sont moins mis en avant, peut-être parfois bâclés comme l'excellent John Carter, ou réduits à l'état de suites sans âmes comme Pirates des Caraïbes 4. Lone Ranger, adaptation d'une série TV américaine des années 50 et 60, prenait sensiblement la même direction que les deux films cités précédemment. Un métrage creux, sans vie, avec un marketing presque inexistant tuant un peu dans l’œuf cette nouvelle licence exploitée par Disney. C'est un peu l'image qu'a ce film auprès du public, un énième film à licence Disney/Bruckheimer avec Johnny Depp.

C'est une erreur de considérer ce film comme un sous-divertissement : c'est certes un blockbuster de l'été, un produit culturel hyper calibré, mais c'est aussi une preuve flagrante de la volonté de bien faire et de la capacité des équipes qui ont créé Pirates des Caraïbes à faire du grand cinéma bien fichu.

Les personnages de Lone Ranger sont ceux de la série : on y retrouve un acteur assez méconnu (Armie Hammer) en héros malgré lui, avec à ses côtés un Johnny Depp qui interprète à nouveau un personnage complètement perché et génial, en la personne de Tonto. Le sidekick du Lone Ranger, dans le film, est plus qu'un simple faire valoir du héros - au contraire de la série originale. On notera aussi pour le fan service un William Fichtner absolument excellent en bandit, James Badge Dale (notre chouchou ici au GTFK depuis Rubicon) en shérif et la superbe Ruth Wilson (qu'on aime détester dans Luther). Il y a aussi Helena Bonham Carter qui semble être présente juste pour cachetonner gentiment sur une grosse production, un peu dommage. Tous ces acteurs ne sont pas forcément parfaits dans le film, mais ils donnent vraiment le maximum et chaque personnage est suffisamment bien écrit pour être crédible et nous faire plonger dans l'univers.

Un autre point essentiel du film est ce rythme incroyable, qui nous fait passer 2h30 de spectacle intense et vraiment bien maîtrisé. Depuis le premier Pirates des Caraïbes je n'avais pas revu un film fleuve aussi rythmé. Et à la différence de John Carter, cette fois le montage ne vient pas tout pourrir. Le spectacle est plaisant, et même si le scénario ne recèle aucune surprise, le rythme nous permet de suivre avec plaisir les aventures du Lone Ranger et de Tonto.

On aurait pu s'arrêter à ça, un bon western sympa qui en reprend les codes tout en jouant à fond la carte du grand spectacle. Mais Lone Ranger va un peu plus loin, et ça c'est surtout grâce au génie du duo Gore Verbinski et Hans Zimmer. Je ne pensais plus être soufflé à nouveau par leur génie combiné comme je le suis à chaque visionnage du premier Pirate des Caraïbes, et pourtant Lone Ranger est une preuve remarquable du travail et du talent que leur duo est capable de produire.
Dès les premières minutes du film, on voit que Verbinski prend plaisir à rendre hommage aux westerns spaghettis, avec une scène d'attente sur le quai d'une gare par exemple. Et soudain, alors que l'action s'emballe un peu, au milieu du thème du film c'est un passage d'Ennio Morricone que l'on reconnait, voire soudain du Wagner. Et pendant tout le film le réalisateur et le compositeur s'amusent à mélanger les références à ce genre si particulier et codifié qu'est le western, en y ajoutant chacun à tour de rôle leur touche personnelle, rendant l'ensemble unique et incroyable. A des années-lumières d'un simple plagiat comme j'ai pu le lire. L'action et la musique sont indissociables pendant tout le film, à l'instar de ce Pirates des Caraïbes premier du nom que j'apprécie tant.

C'est vraiment à mon avis ce mélange parfait entre l'image et le son qui donne tout son poids et toute sa saveur à ce Lone Ranger et qui font de ce film bien plus qu'un simple blockbuster de l'été, mais véritablement un hommage au western et au cinéma de grand divertissement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 116 fois
2 apprécient

Mugen a ajouté ce film à 1 liste Lone Ranger : Naissance d'un héros

  • Films
    Illustration Top 10 2013

    Top 10 2013

    J'ai réfléchi à cette année de cinéma, et je me rends compte que j'ai surtout vu des gros blockbusters. Mais c'est pas grave...

Autres actions de Mugen Lone Ranger : Naissance d'un héros