Lost in Translation est une errance dans l'inconnu mais aux décors qui semblent d'abord étrangement familiers : les ponts à haubans éclairés, les grandes avenues, les écrans et les néons des publicités, les lumières de la ville, les halls, les chambres et les couloirs des hotels. Tout semble identique des deux côtés du Pacifique. Mais ces deux solitudes soeurs plongent malgré tout en apnée dans une culture étrangère et étrange, dont elles ne comprennent ni le langage ni les traditions. Une culture qui n'existe que par les clichés d'un Mont Fuji en toile de fond, de temples tranquilles, des salles d'arcade, des karaokés, des ramifications d'une Tokyo tentaculaire aux carrefours bondés et aux piétons disciplinés.


Bill Murray fait ce pour quoi il est le meilleur : incarner Bill Murray, avec son air d'éternel Droopy distrait et blasé. Et une voix délicieusement féminine déjà imperceptiblement éraillée. La beauté de Scarlett Johansson irradie, encore nature et juvénile. Un peu revêche, encore rêveuse, les joues rondes et les lèvres gourmandes épanouies telle une rose Madame Grégoire, adorable quand elle se couche en chien de fusil, les pieds nus. C'est que Sofia Coppola se nourrit de tous ces petits détails et les rend beaux, indispensables, commes ces sourires fugaces, ces regards pendant un instant remplis de promesses...


Ils se cherchent comme deux adolescents qui ont besoin l'un de l'autre pour tromper leur ennui, leur solitude, leur isolement. Petit mot sous la porte, regards complices, mises en boîte et réflexions sur leur vie respective. Ils se retrouvent et se complètent dans une atmosphère nonchalante et agréablement ouatée. Chaque confrontation à l'environnement asiatique les rapprochent dans leur complète incompréhension de ce qui les entoure, tout comme leurs contacts en points de suspension avec ceux qu'ils aiment. Ils se regardent et ne se parlent pas. Les baisers s'esquivent. Ils se disent au revoir, sans s'avouer ce qu'ils ressentent l'un pour l'autre. Un dernier regard, comme pour lui dire de se retourner. Il ne la reverra plus.


Puis la chance de la reconnaître dans la foule. Être magnifique et unique. Il la prend dans ses bras et la serre contre lui. Moment magique dans le détail : elle se dresse sur la pointe des pieds. Et comme Scarlett, mes yeux se remplissent de larmes qui ne veulent pas couler. Ultime moment émouvant et tactile d'une grâce infinie, juste avant que chacun ne reprenne sa route.


Behind_the_Mask, embué.

Le 19 août 2015

39 j'aime

12 commentaires

Lost in Translation
Velvetman
10

La nuit, je mens.

For relaxing times, make it Suntory time. Ville à la fois moderne et historique, lieu d’un pèlerinage sentimental impromptu. Lui essaye de s'éloigner d'un couple en perdition et, elle, suit son...

il y a 9 ans

149 j'aime

11

Lost in Translation
Sergent_Pepper
9

La dérive des confidents

La ville. Ce sont ces façades lumineuses qui préfigurent Blade Runner, vitres à perte de vue derrière lesquelles se trouvent encore des êtres humains, contemplateurs d’une étendue verticale qui...

il y a 7 ans

142 j'aime

25

Lost in Translation
Prodigy
9

Critique de Lost in Translation par Prodigy

Sur une trame somme toute très simpliste, l'errance de deux personnages dans un Japon culturellement opaque, Sofia Coppola construit une relation émouvante, ouverte et tactile, éffleurements discrets...

il y a 12 ans

130 j'aime

6

Avengers: Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un...

il y a 4 ans

198 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez...

il y a 5 ans

186 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8
Logan

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

il y a 5 ans

172 j'aime

23