Une expérience cinématographique unique

Avis sur Lost in Translation

Avatar Satané
Critique publiée par le (modifiée le )

"Lost in Translation" est un film qui ne s'oublie pas, un peu comme la plupart des films de Sofia Coppola. Alors que son père se prépare à sortir son intriguant "Twixt" (dont une partie de la bande-son serait servie par le génie Dan Deacon -je conseille fortement "Bromst", son meilleur album-), je me suis décidé à regarder cette perle du cinéma "expérimental" (si l'on peut dire, car il s'agit là d'une comédie romantique qui se détache nettement de tout ce qu'on peut voir d'autre).

Le duo Bill Murray/Scarlett Johansson coïncide parfaitement. Entre le crooner dont la vie de luxe paraît si irréelle que le goût de la vie s'envole, & la jeune mariée délaissée par un homme qu'elle ne reconnaît plus, il fallait nécessairement qu'une étincelle jaillisse. Ainsi, ces deux êtres d'un écart d'âges conséquent se rencontrent dans un hôtel de Tokyo, lassés par la monotonie d'une recherche du bonheur insatiable. Autour d'un verre & d'une insomnie réciproque, abordant les soirées japonaises & découvrant la culture d'un pays à part, ils effectuent des échanges psychiques, que seuls eux peuvent réellement comprendre.
C'est ici tout l'intérêt du film : hormis la beauté éblouissante qu'on montre du Japon, les quelques scènes comiques d'un Bill Murray fidèle à lui-même, & des pensées évasives d'une Scarlett Johansson qu'on ne finit plus d'admirer, tout réside dans la formation quasi-invisible d'une intimité parfaite. Ainsi, en quelques mots, quelques regards, quelques sourires, de légers touchers, ils sauront se signifier un respect mutuel, voire plus, au fil de l'histoire..

Servi par une bande son prestigieuse (on avait déjà remarqué les goûts excellents de Sofia Coppola dans le précédent "Virgin Suicides" -avec le jazzy "Playground Love" d'Air-, & dans son oeuvre suivante "Marie Antoinette" -Aphex Twin, New Order, Radio Dept., etc.-) qui comprend des artistes tels que Death in Vegas, Air, Sébastien Tellier, Squarepusher, ou même Phoenix (Coppola adule la musique française, c'est un fait), l'ambiance de ce film ne fait pas mouche. On est vraiment immergés dans l'intrigue, aussi intimiste & minimaliste soit-elle. Je ne dirai rien sur la fin, sauf qu'elle est tellement fine & élégante qu'elle vaut presque tout le film. Donc, à voir !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 694 fois
12 apprécient

Autres actions de Satané Lost in Translation