Affiche Love

Critiques de Love

Film de (2015)

Nous trois ou rien

Pas grand chose à dire, je pense que j'ai surtout apprécié le film parce que je l'ai "ressenti". En tout cas pour les craintifs : un film plus beau que subversif. PS. Ce plan à trois sur fond de guitare, simplement sublime. Lire la critique de Love

Avatar Alexis Williams
7
Alexis Williams ·

Pourquoi être si froid ?

Une grande partie de ce film tourne autours du sexe, clairement. A la base, cela ne me dérange pas mais vraiment pas du tout mais quand celles-ci ont autant d'importance pourquoi les faire froide. Les scenes sont ennuyeuses et on ne sent pas la passion, l'amour, l’excitation. Elle est ou la transpiration sur les corps ? le souffle coupé ? Lire l'avis à propos de Love

Avatar yana147
2
yana147 ·

scénario mince

un film de cinéma porno 3D. tout à fait novateur, ça ouvre une porte (verte). bien sûr un peu dérangeant, grand 8 de gaspard Noé. Mais le perso principal est un con, pas sympathique. Et ça manque de scénario, n'avance pas, répétitif, commun. dommage, c'était pourtant la partie classique du film. (on attend la suite par lelouch, klapisch, leconte, mocky, despleschin, gondry etc...) Lire la critique de Love

Avatar guykastenbaum
7
guykastenbaum ·

Critique de Love par Frédéric Hiard

Love n'est pas le film sulfureux que beaucoup prétendent. Oui il y a des scènes de sexe, ou plutôt des relations sexuelles, car nous sommes ici très loin de scènes pornographiques ou de voyeurisme malsain. Les histoires de coeur d'un jeune Américain à Paris, dont une en particulier, filmées avec une esthétique exceptionnelle et sans tabou. Lire la critique de Love

Avatar Frédéric Hiard
7
Frédéric Hiard ·

"Du sang, du sperme et des larmes"

Dans la lignée du cinéma d'Harmony Korine et Larry Clark, portrait cru de la jeunesse et sa relation parfois tumultueuse avec la sexualité. Mise en scène de génie de Gaspar Noé qui véhicule toute la beauté de l'amour, par une bande son magnifique et des images parfaitement sensuelles; et qui font sens avec le propos. Lire l'avis à propos de Love

Avatar Adam  Kesher
8
Adam Kesher ·

Pokémon Pubis & Saphisme

Il le fait durer super longtemps son plan de double masturbation mutuelle, faudrait couper maintenant. Faut pas dire qu'on n'aime pas un réalisateur quand on n'a vu aucune de ses œuvres ni même une simple BA, juste en se basant sur une réputation et des affiches racoleuses. Les déclarations de Gaspar Noé qui considère qu'une bonne histoire d'amour n'est pas complète si on ne... Lire la critique de Love

2 1
Avatar thetchaff
6
thetchaff ·

Critique de Love par Nicolas Gilson

Après le troublant ENTER THE VOID, Gaspar Noé travaille à nouveau à la mise en place d’une composition narrative qui voyage à travers le temps, par contagions, au fil des souvenirs et des émotions. Il s’intéresse LOVE à une passion charnelle qui consume, entre ardeur et évanescence, un jeune homme qui se rattache à ses amours perdues. Le caractère explicite du propos se retrouve à l’image, le... Lire la critique de Love

1 16
Avatar Nicolas Gilson
8
Nicolas Gilson ·

Pourquoi aimer LOVE

Parce que dans le film c'est la meuf who "wants to fuck"him. Parce que l'image est magnifique et que les scènes de déclaration d'amour, d'espoir ou d'engagement sont filmées devant des trompes l'oeil de paysages kitsch mais idylliques. Parce que ce n'est pas lui mais elle qui entre à l'intérieur de lui. Parce que lorsqu'on s'abandonne à l'autre dans le sexe on s'abandonne soi-même, on se fou... Lire la critique de Love

1
Avatar choufchouf
7
choufchouf ·

Critique de Love par pilyen

Plein champ, un couple se masturbe. Nous entrons dans le film de Gaspar Noé par cette scène muette, simple au final, pas pornographique car la longueur, une très belle lumière et la fixité du plan au son d'Erik Satie, lui confèrent un côté artistique dépourvu de toute complaisance. Puis l'homme, Murphy, en couple avec la blonde Omi, reçoit un coup de fil de la mère de sa précédente amoureuse,... Lire la critique de Love

1
Avatar pilyen
7
pilyen ·

Critique de Love par KiidCathedrale

Hublots lourdingues en équilibre instable sur le nez, main sur l’élastique du pantalon, balance la sauce Gaspar, on frétille du caleçon. L'affiche baveuse au goût tendresse est à l'image du film : bancale. Le cliché t'allume sans réelle classe, puis te léchouille vaguement le creux du cou, pour s'effacer dans un souffle - relent de foutre électrique au fond de la gorge, poils... Lire la critique de Love

2
Avatar KiidCathedrale
4
KiidCathedrale ·