Une vérité amère d'un amour impossible.

Avis sur Love

Avatar Patrycja_Toczek
Critique publiée par le

Un premier janvier, un jour où le ciel pleure, mais pas que. Murphy, encore défoncé de la veille, se réveille aux côtés de sa femme Omi et de leur enfant. Il reçoit un appel inquiet de la mère de son ex Electra. Un appel d'autant plus douloureux que pour lui, Electra c'était la seule et l'unique, l'amour de sa vie. Blasé par ses nouvelles fonctions de père et de compagnon, il ne supporte pas d'avoir perdu Electra deux ans auparavant.

Electra et Murphy, deux jeunes artistes, l'une aux Beaux Arts et l'autre étudiant en cinéma, se rencontrent à Paris. C'est l'amour fou, fusionnel, passionnel. Seulement deux ans plus tard, plus question de cinéma révolutionnaire, de sang, d'amour et de sperme. Un dernier souvenir d’Electra, caché dans une cassette de film, lui permet de revivre les moments vécus avec elle. Il la veut à l'intérieur de soi. C'est sa drogue. Pendant deux ans il subissait une cure de désintox, mais il est difficile d’oublier la perte du "meaning of life."

A travers des images douces, des couleurs chaudes, des corps esthétiques, on se balade dans les souvenirs de Murphy et Electra. On voit les hauts et les bas de leur relation, on se perd dans la temporalité. On partage leurs chagrins, les moments d'euphorie, on se retrouve dans les essais désespérés de tout remettre en ordre. On ne veut pas que ça se termine car on connaît la suite, on connaît les conséquences d'une capote qui a craqué. On veut rester dans les moments intenses et charnels, dans les scènes de sexe dans le lit aux draps oranges, dans la boîte échangiste, avec le travestis, mais pas avec la blonde.

"L'amour est étrange. Comment une chose si formidable peut apporter autant de souffrance?" Avec des cadrages pittoresques et des discours poétiques, Gaspard Noé réussit à dépeindre une histoire d'amour exceptionnelle, et pourtant comme toutes les autres. Une peinture si vraie et donc physique qu’elle choquera quelques spectateurs (surtout ceux qui se sont décidés pour la séance en 3D). Comme le dit une des exs de Murphy, notre cœur se brise tellement souvent, doit-on souffrir autant à chaque fois? Mais Electra est irremplaçable. C’est une vision mélancolique, mais tout ce qu'il y a de réaliste que Gaspard Noé veut montrer : le vrai amour fait mal, et si on le laisse tomber, il fait mal pour toujours.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 216 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Patrycja_Toczek Love