Quand ton cœur se fout en l'air.

Avis sur Love

Avatar poethique
Critique publiée par le

On oublie trop souvent que nous ne sommes qu'un tas d'os.
Sous la peau il n'y a que de la chair et un cœur, un cœur.

LOVE, mérite ces lettres capitales parce l'amour est monumental et excessif. J'ai presque envie de mettre un S à ce mot, l'amour(s) au pluriel, car il est protéiforme, "Love" ça ne se dit pas ça se ressent.

L'amour ça bave, ça dégouline, comme un liquide - c'est tous ce qu'il y a de plus humain en nous.

Nous sommes dans la tête et les entrailles de c'pauvre type, Murphy, lui il nique tout ̶p̶a̶r̶ ̶a̶m̶o̶u̶r̶ ̶d̶e̶ ̶l̶a̶ ̶b̶a̶i̶s̶e̶ , non, pour la baise, ou plutôt par amour tout court.
Derrière les libertinages, la drogue et la musique planante des Pink Floyd, il n'y a que des sentiments.

Gaspar Noé est un fanatique, un philanthrope, un amoureux des ses personnages, sinon comment faire un film aussi introspectif que Love ?
Je pense qu'il y met de lui dans chacun d'eux, Murphy est un petit réalisateur, qui quand il est alcoolisé nous dévoile ces rêves au crépuscule d'une lumière rouge, chaude, vive. Ce passionné de Kubrick veut faire un film de sex et d'amour, tant pis il en sera juste le héros tragique.

C'est bon de voir que ça fait mal, qu'en vérité on ne possède rien, tout bascule un jour ou l'autre, c'est irréversible.

Gaspar Noé te dis : ne te crois jamais gagnant car tu n'es qu'un putain d'humain, voilà tout.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 118 fois
2 apprécient

Autres actions de poethique Love