👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Comme à son habitude, Gaspar Noé est venu secouer Canne avec son dernier long-métrage. Difficile donc de voir Love sans en avoir entendu parler, en mal ou en bien. Ce qui est sûr, comme à son accoutumé, le réalisateur est venu chambouler, encore, ses spectateurs.

Que retenir donc de Love.

On le savait, les bandes annonces l'avaient annoncés, le sexe est largement présent dans le film, il est en un élément incontournable. De là à dire qu'il n'y a que ça, c'est un pas que je ne franchirai pas.
Impossible de filmer la romance d'un couple, son intimité sans passer par l'acte sexuel. Noé ne film pas le sexe dans l'intention de venir susciter une excitation chez son spectateur. Les séquences de sexes sont filmées avec délicatesses, à grand renfort de plans larges dotés d'une réelle beauté et d'une lumière du plus bel effet.

On trouvera à redire quand au plan d'éjaculation il est vrai. Avec un peu de connaissance sur le réalisateur, on se doute bien qu'il a du se marrer le con, c'est sûr. Outre le simple gag, il est à mon sens tout de dommage de venir casser l'intensité de sa scène par ce plan qui n'était nullement obligatoire. Mais pourquoi pas, c'est un choix qui ne choque pas tant au final.

Passer cet aspect de Love, il y a plus à redire sur l'affinité du couple portée à l'écran. Les deux acteurs ne sont pas foncièrement mauvais, loin de là, il leur manque juste cette petite chose à l'écran. Ce petit plus qui nous fait croire qu'ils sont réellement unies. Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas, un blocage. Les yeux de Karl Glusman n'ont pas cette chaleur, cette petite lumière. Il est pourtant des deux le seul acteur pro'.
Dommage lorsque l'on veut filmer un couple amoureux.

Le montage de son côté, est un point fort indéniable du film. Intelligent et à propos pour ce genre de récit, entrecoupé de flash back, nous faisant suivre les souvenirs du personnage principal, sans toujours suivre le même schémas. Ça va, ça vient. Il est question de mémoire, et cette dernière n'est pas toujours logique.
Petite mention aussi pour les cuts avec ses écrans noirs de deux secondes. Le rythme qui s'en suit est assez plaisant.

Formellement donc, Love s'en tire au final plutôt bien donc, et on pouvait s'y attendre venant de Noé, le bougre n'étant pas un manchot quand il s'agit de filmer.

C'est donc sur le fond que j'ai eu un problème avec le film. Ok la volonté affichée Gaspar Noé de proposer un film romancé avec du sexe n'est pas idiot, mais n'est pas une première pour autant, et je trouve d'autant plus dommage de venir le rappeler dans le film. Sans spoiler la scène, les intentions du réalisateur avec ce film nous sont clairement énoncées, le pourquoi du comment. A moins de prendre son spectateur pour un débile profond ou de vouloir se justifier à outrance, une telle séquence n'était pas obligatoire à mon sens.
Le film souffre aussi de certaines longueurs, surtout vers la fin du film où l'on se dit, que clairement, certaines scènes méritaient d'être coupées.

Love n'est donc pas un mauvais film, on retrouve à nouveau la patte de Noé qui n'est pas pour me déplaire, mais il est ce qu'il est, un film d'amour avec du sexe, point barre. C'est beau, la bande son est de bon goût, mais j'ai du mal à croire en l'amour de ce couple.

Sasha_R
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2015

il y a 6 ans

1 j'aime

Love
Teklow13
3
Love

Love on the bite

J’espérais enfin voir un film de Noé qui ne serait pas, ou en tout cas qui serait moins, prétentieux et moins neuneu, ce n'est pas encore ça, Love est prétentieux et neuneu. Prétentieux car d’emblée...

Lire la critique

il y a 7 ans

131 j'aime

1

Love
Kenshin
1
Love

Onanisme Ostentatoire.

J'ai la rage mon pote, j'ai trop la rage. A chaque fois que je pense qu'il y en a un qui va sortir le porno de son vase clos, qui va nous offrir un film honnête avec des bêtes de scènes de sexe,...

Lire la critique

il y a 7 ans

126 j'aime

121

Love
mymp
6
Love

Les histoires d'amour séminal, en général

À grands renforts de promo provocatrice (des affiches plus qu’explicites), de buzz et scandale cannois très rapidement atomisés (par la presse et le public), de simulé or not simulé, de vaines...

Lire la critique

il y a 7 ans

96 j'aime

15

Mad Max - Fury Road
Sasha_R
9

Mad 'fucking' Max is back

L'attente aura été longue, plus de trente ans séparent Mad Max : Fury Road du troisième opus. Mais le jeu en valait la chandelle. A une époque où les films d'actions, ne sont plus qu'un bête...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime

Get Out
Sasha_R
8
Get Out

Critique de Get Out par Sasha R

Difficile en ce moment de passer à côté de Us, le dernier échantillon cinématographique de Jordan Peele, qu'on se le dise. Le garçon balade son film de partout, que ce soit sur les réseaux sociaux,...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime

3

L'Homme irrationnel
Sasha_R
5

Critique de L'Homme irrationnel par Sasha R

A l'instar de Clint Eastwood, Woody Allen est un cinéaste prolifique (un film par année, bon ratio), seulement si j'aime à en mourir le premier quitte à venir soutenir ses projets les moins inspirés...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime