La vie sexuelle la plus nulle du monde

Avis sur Love

Avatar eya_loann
Critique publiée par le

Murphy a follement aimé Electra, mais c'est avec Omi, la voisine, qu'il vit aujourd'hui. Un beau matin, la mère d'Electra l'appelle, très inquiète de ne pas avoir de nouvelles de sa fille, eu égard à ses tendance suicidaires.
Mouais...
Un héros plutôt attachant, certes...
Des personnages qu'on a envie de découvrir, c'est vrai.
Une accroche qui fait qu'on regarde jusqu'au bout, de guerre lasse: "mais qu'est-ce qui a pu arriver à cette pauvre fille paumée..."
Au fait, quelqu'un peut faire quelque chose contre l'ego surdimensionné de Gaspar Noé?
Des messages subliminaux rappelant en permanence qu'il faut se prosterner devant le dieu-réalisateur (le bébé est comme par hasard prénommé Gaspar, l'ex de l'héroïne s'appelle Noé, et c'est Noé himself qui l'incarne, le film favori de Murphy, qu'il décrit comme la référence ultime, est bien évidemment un film de Noé...), a-t-on le droit de trouver ça pathétique ou n'a-t-on rien compris à l'art cinématographique?
S'il n'y avait que ça. Ce film est juste à mourir d'ennui.
Ce jeune couple a la vie sexuelle la plus plate du monde. Lorsqu'on sort des sentiers battus (missionnaire, levrette, 69), il n'y a plus personne. Ah si, la voisine. Tout ce qui extrait les deux protagonistes d'une sexualité conventionnelle et laborieuse, c'est un plan à 3 (joliment capturé par la caméra, reconnaissons-lui cela...) mais qui ne réussira à personne. Ah, la, la.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 173 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de eya_loann Love