Le roman cinématographique

Avis sur Love Exposure

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Au vu de la longueur, j'avais un peu peur de le lancer, celui-là. Mais je dois bien admettre que c'est passé correctement.

Ce que j'apprécie, c'est qu'un auteur décide de prendre son temps pour raconter ce genre de récit, sans pour autant étirer inutilement l'intrigue. De ce fait, j'ai envie de faire comme pour les BD et de qualifier ce genre de métrage de Roman Cinématographique. Soit.

L'intrigue est globalement plaisante. Ce qui fascine, c'est le côté délirant complètement assumé ; l'auteur propose plein d'idées riches, les exploitent bien et part toujours plus loin. De plus, c'est globalement cohérent, c'est-à-dire que l'auteur définit assez vite son univers et n'en sort pas par facilité afin d'amener plus de scènes. Même lorsqu'il propose des idées narratives décalées (la première heure n'est jamais qu'une longue mise en place), il les exploite à fond.

Mais ses concepts peuvent lasser. Ces 4 heures comportent quelques passages longs, quelques répétitions aussi. L'introduction d'une heure, je m'en suis lassé après un moment. Pareil pour la présentation des personnages qui est trop pop. C'est plaisant une telle énergie, mais ça lasse. Disons que ce sont plus les mécanismes d'écriture qui m'ont gêné, plus que le développement des situations.

Niveau mise en scène, c'est un peu cheap, l'image n'est pas particulièrement belle en soi, la photographie ne marque pas par son esthétique. Par contre le découpage est bien pensé : on voit exactement ce que l'on doit voir, c'est très frontal, mais très efficace. Comme les plans de pénis en érection par exemple. Pas de fioriture, pas de 'subtilité' qui cacherait plus un manque de jusqu'au-boutisme.

Et les faiblesses esthétiques n'empêchent pas d'avoir de belles images en tête : des moments tendres qui marquent par le choix des plans mais aussi le jeu de montage en terme de rythme : soudain, au milieu du bruit, de la violence, on se retrouve dans un moment intime très délicat, très touchant. C'est beau. Et le réalisateur parvient à offrir ce genre de moment plusieurs fois.

La musique est très sympa, ça fait plaisir d'entendre de la musique classique et qu'elle soit aussi valorisée, aussi bien utilisée. Mais en même temps, c'est un peu trop. Disons que certains morceaux s'éternisent, surtout que ce n'est pas comme si l'on passait l'entièreté du morceau, non, ce sont les emphases connues qui sont mises en boucle. Et dans un film de 4h, vous vous doutez bien que les scènes peuvent être longues... et quand un thème important revient plusieurs fois... ça devient pénible.

Les acteurs font du bon boulot, tant les jeunes que les plus âgés. Ils sont à fond dans le délire, ne semblent souffrir d'aucune gêne et parviennent à délivrer des émotions, certes un peu caricaturales, mais cohérentes par rapport à la manière de filmer. C'est donc très juste. Les scènes d'action sont convaincantes aussi, les chorégraphies sont amusantes et le gore fonctionne bien (on voit juste ce qu'il faut voir).

Bref, dans l'ensemble c'est chouette ; en détail, on trouve de très bon et du moyen aussi à cause de certaines longueurs et autre répétitions. Mais du coup, j'aimerais bien découvrir d'autres films de ce réalisateur (je vois qu'il a une carrière riche mais inégale).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 98 fois
1 apprécie

Autres actions de Fatpooper Love Exposure