👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Sympa ce biopic. Et puis ça fait plaisir de voir John Cusack dans un bon rôle (et capable de l'honorer, ce rôle) et aminci (il s'était bien engraissé dans ses direct to DVD).

Dommage que ce soit construit sur une double intrigue : il reste trop de passages dévalorisés par cette structure, on voudrait approfondir telle ou telle époque. Il reste de très bonnes scènes, surtout dans la première moitié où les auteurs prennent le temps de raconter leur histoire (celle d'un personnage avant d'une personnalité) ; la deuxième moitié est un peu plus anecdotique alors que les troubles du héros se font de plus en plus ressentir (sans doute la double narration y est pour quelque chose : la partie 'vieux' est survolée une fois qu'on a eu notre romance et le combat avec le docteur n'a que peu de liens directs avec les troubles du héros - certes, il profite, mais ce n'est pas l'aspect légal qui intéresse dans cette affaire, mais bien le choc sur le héros et là on a l'impression qu'il manque des pièces, comme par exemple la rencontre avec le médecin).

J'ai beaucoup aimé tout l'aspect documentaire sur la création artistique. C'est très prenant, très bien foutu, assez simple et beau. La romance est mignonne mais manque de piment, de folie. Les personnages secondaires sont assez pauvres ; par contre c'est bien qu'il n'y en ait pas trop (je déteste quand ça fait catalogue, où on découvre toutes les personnes rencontrées par la star).

La mise en scène est surtout intéressante pour le travail sonore, bonne manière d'adapter le travail de Brian Wilson, même si c'est loin d'être aussi expérimental. L'image n'est pas mal non plus, on trouve même quelques idées dans la continuité du travail sonore. Le découpage est efficace, les effets de style arrivent à point. Et les acteurs ont de l'espace pour jouer ; heureusement, ils n'en font pas trop, le réalisateur a su bien les doser. Dano et Cusack sont vraiment très bons : j'apprécie le fait qu'ils aient chacun la liberté de jouer à leur façon mais aussi que le réalisateur n'ait pas cherché à ce qu'ils ressemblent à la personnalité (j'ai aussi apprécié que le vieux Wilson ne soit pas joué par un Dano grimé et que le jeune Wilson ne soit pas joué par un Cusack déridé numériquement). La BO est bien sûr très bonne, bourrée de morceaux du groupe.

Bref, c'est sympa ce biopic, il parle de quelque chose de bien. Pas mal de thèmes auraient mérité un traitement plus approfondi (ou bien d'être virés histoire de se focaliser sur un moindre nombre), la deuxième moitié est moins prenante, moins surprenante mais dans l'ensemble le film constitue un honnête divertissement.

Fatpooper
6
Écrit par

il y a 4 ans

3 j'aime

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

Lire la critique

il y a 8 ans

99 j'aime

43

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

Lire la critique

il y a 9 ans

80 j'aime

27