Avis sur

Love et autres drogues par Narcolibri

Avatar Narcolibri
Critique publiée par le

Tu t'installes dans une des salles du cinéma UGC George V.

Love and Other Drugs à découvrir en avant-première ce soir. Tu retrouves Anne et Jake, inchangés depuis Brokeback Mountain. Le jeu est juste, on y croit du début à la fin mais ça reste un film un peu long... pour rien.

Du cul: les (jolis) seins et les (jolies) fesses d'Anne Hathaway, les fesses de Jake Gyllenhaal ... cette comédie dramatique et romantique ne laisse pas indifférent. Outre le culte autour de Jake G. (on ressent bien que le petit "Donnie Darko" a grandi. Il est le beau gosse de ce film, le mec que tout le monde veut se faire, le mec qui tient l'intrigue, le mec qui effacerait presque Anne Hathaway...), ce film pose une question: Comment vivre avec la maladie? Un poids pour sa famille, son/sa conjoint(e), un poids au quotidien...

On ne va pas non plus verser de larmes ou plaindre les personnages. Tu es dans la salle pour passer un bon moment, même si ce moment dure un peu trop longtemps.

Tu as l'impression que ce film ressemble un tout petit peu à un long épisode de "Once and Again".

Tu retiens que Pfizer est à l'origine du Viagra et qu'Ed Zwick s'est un peu perdu sur les raccords... festival des faux raccords, que se passe-t-il ?!

En même temps tu invites ceux qui critiquent et dénoncent, à faire un long métrage irréprochable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 306 fois
3 apprécient

Autres actions de Narcolibri Love et autres drogues